Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2012

Bernat harold

cyclotourismeL’œil du cyclo

- Critique de la raison motorisée -

Auteur : Harold Bernat

Ce qu’il faut prescrire aux amateurs de bagnole, aux érotomanes de grosses cylindrées, à toutes ces feignasses, c’est une bonne cure de cyclo, pourquoi pas sur les routes de Bretagne. Pourquoi la Bretagne ? Anthropologiquement parlant, par l’effet conjugué des masses nuageuses et des courants marins, la Bretagne est d’emblée sélective...

Oui, le cyclo, disons le vélo chargé d’une maison en toile, d’une lit en mousse et de quelque vivres, ça fait mal au cul. N’accusez pas trop vite la selle, mais plutôt la modernité dans son tout, aussi mollasse que ces canapés en faux cuir de Maison du monde . Faire du cyclo, c’est d’abord comprendre que le cul ça s’éduque, comme le reste. Et ne croyez pas trop vite le vendeur de shorts en mousse, de moule périnée et autres couches pour adultes consentants, le vélo ça fait mal au cul, très mal les premiers jours, encore plus mal les premières heurs.

Passées les toutes premières minutes d’extase, les premières sensations de liberté à la sortie du train dans un faux plat descendant, vient la première montée. C’est aussi l’occasion pour le cyclo (appelons désormais « cyclo » le bipède sans plumes qui pédale chargé sur des routes hostiles) de prendre réellement conscience de la pesanteur de sa charge et du sérieux de son effort. (extrait).

Harold Bernat est agrégé de philosophie et enseignant.

-2012- 38 pages - Éditions dasein  - R/diffusion - Strasbourg -

 http://r-diffusion.org  http://www.dasein.biz

Prix 8 € / 10 chf

Livres lu et apprécier par le comité de lecture du blog

21:11 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Écrire un commentaire