Forestier Jean-François (01/02/2021)

Forestier-couverture.jpgEn passant par la Zad

Auteur : Jean-François Forestier

 

L'histoire d'Alban D.., enseignant en littérature, la quarantaine, célibataire séducteur sur les sites de rencontres, qui voit sa vie basculer après un fait divers, alors qu'il cultive un projet d'écriture.
Sous la pression des évènements qui se succèdent en cascade dévastatrice, il optera, l'orage passé, pour un voyage insolite…
Comment redonner du sens à une existence brutalisée ? Il y a une solution, peut-être...
« Et face au soleil du jour où elle s’était postée, hasard de l’exposition, ou étais-ce elle qui avait attiré cette brillance, je vis, étonné et troublé, la déclinaison dans ses yeux de toute la gamme du vert au bleu : pers, turquin, outremer, turquoise, qui défilait selon les oscillations de la lumière oblitérée par le passage, fugace, des nuages. » (Extrait)

Originaire du Maine-et-Loire Jean-François Forestier, marié, quatre enfants, exerce la profession de médecin en périphérie du Mans à Coulaines.
Observer le monde, le dire à sa façon, le partager en poésie et, par la littérature, tenter d’adoucir les maux des autres …c’est ce qu’il tente de faire.
Il a reçu le prix d’édition poétique de la ville de Dijon en 2012 et collabore régulièrement à la revue Le Portulan bleu  des éditions Voix Tissées.

Commentaire de Jean-Yves MOUNIER
Le thème de ce roman est classique pour qui suit un peu les publications liées à la petite reine : prendre son vélo pour effacer le passé et prendre une nouvelle direction. C'est parfois la motivation des cyclo-voyageurs et souvent un sujet romanesque dans l'air du temps.
Ici, le lecteur suit avec plaisir le héros dans sa "fuite" et la reconquête de sa vie et, même si le vélo est plus prétexte que sujet, quelques belles pages sur la randonnée à bicyclette justifieront à elles seules la lecture de ce roman bien écrit qui se dévore d'une traite.

 

2020164 pages Éditions Unicité

Prix : 15 €

Livre lu et apprécié par le comité de lecture du blog

10:35 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer