Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/02/2012

Briand Joseph

cyclotourismeLe japon au bout du guidon

- 3.201 Km seul à bicyclette du sud au nord de l’Archipel -

Auteur : Joseph Briand

Le rêve de Joseph Briand était de joindre Nagasaki, située au sud-ouest du Japon au bord de la mer de Chine orientale, à la mer d’Okhotsk à la pointe nord de l’Archipel. Il voulait accomplir ce voyage seul, à bicyclette, à la saison des cerisiers en fleur. Après 3.202 Km d’efforts, de rencontres surprenantes, de découvertes spirituelles, d’émotion...

                      Prologue : Lettre du fils à son père

Japon au bout du guidon... Japon bonheur ! Après le tremblement de terre, le tsunami et l’accident nucléaire du 11 mars 2011, voilà un titre qui pourrait paraître fort peu approprié pour qualifier l’Archipel, le Japon que décrit mon père dans son récit n’a pourtant jamais été autant d’actualité. Car ce Japon bonheur, c’est bien un Japon de la vie, jusque dans les campagnes, jusque dans l’arrière-pays, où l’on prend le temps de vivre au rythme d’une nature, certes capricieuse, mais d’abord généreuse. Dans ce Japon contrasté et agricole, où mer et montagne se confondent en une végétation luxuriante, les habitants sont aussi prévenants qu’altruistes.

{....} point de vue personnel, mon père m’a dans un premier temps, bien malgré lui, mis face à deux notions d’importance en venant traverser mon pays adoptif à vélo : celles de partage et de responsabilité. Partage d’abord, car il a fallu que j’accepte que mon père découvre à sa façon (et quelle façon) un Japon que, bien souvent, chaque expatrié fraîchement débarqué souhaite garder jalousement pour soi. Traverser le Japon à vélo, c’est en effet s’offrir la chance unique de découvrir, à un rythme privilégié, un pays singulier en profondeur, sur des routes où les touristes ne s’aventurent guère, ni parfois même ses habitants. C’est pouvoir constater de façon empirique et à chaque virage ce lien si fort qui unit les japonais à la nature de leur pays. Responsabilité ensuite, car si mon père vient traverser l’Archipel à bicyclette, c’est avant tout parce que j’y vis.

{...} En venant traverser le Japon à vélo, mon père m’a aussi et surtout fait un très beau cadeau. Il m’a d’abord rappelé, si besoin était que la distance géographique entre les êtres au XXIe siècle n’était désormais qu’un détail. Il m’a également, d’une certaine manière, témoigné qu’il approuvait mon choix de vivre à plus de 10.000 Km de mes racines. Il m’a ensuite donné un nouveau regard sur le Japon, me l’a rendu, par certain aspects, beaucoup plus accessible. Il m’a aussi permis de découvrir des endroits que je ne connaissais pas ou que je n’aurais sans doute jamais eu l’occasion de visiter.

{...} Ce carnet de voyage offre ainsi un aperçu de ce qu’est le Japon profond, celui que l’on explore hors des sentiers battus. Une invitation à venir découvrir par soi-même l’un des plus beaux et des plus singuliers pays du monde, qui n’a jamais eu autant besoin de vivre et d’accueillir, voilà ce qu’est à mes yeux ce récit.

Merci papa

                                                                                  Simon Briand

-2012- 221 pages - Éditions Les Chantuseries - 12, rue de la Chapelle -

85170 Le Poiré-sur-Vie -  www.editionsleschantuseries.blogspot.com

Prix : 18 €


23:13 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Asie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Écrire un commentaire