Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2014

Suchel François

cyclotourisme

                                   Sous les ailes de l’hippocampe

Auteur : François Suchel

« Toute ma vie, j’ai rêvé de voir d’en haut », chantait Jacques Dutronc en 1971 dans « L’hôtesse de l’air ». François Suchel, lui, rêve de voir le bas d’en bas, à force de piloter des avions entre Canton et Paris, il aimerait savoir à quoi ça ressemble, vu de près ! Et quel meilleur moyen que la bicyclette pour partir à la découverte de ces paysages si minuscules vus de là-haut, pour ressentir d’autres sensations physiques que la fatigue ou l’ennui, pour affronter d’autres climats que celui des aéroports et, avant tout, pour aller à la rencontre des habitants de ces terres si souvent survolées ! Le projet est bien ficelé, suivre au plus près le couloir aérien entre les 2 villes, ne pas prendre d’autres moyens de transport et respecter le temps imparti, la vie de famille ne devant pas « trop » souffrir de cette absence prolongée. Mais, comme l’a écrit Nicolas Bouvier dans « L’usage du monde », on croit qu’on va faire un voyage mais bientôt  c’est le voyage qui vous fait ou vous défait et le périple du « nomade du ciel » viendra illustrer à merveille cette vérité éprouvée par tout voyageur à l’écoute et qui, comme François Suchel, part vers la liberté d’être soi-même. Un très beau récit qui vous entraînera en Chine, dans les vastes espaces kazakhes et se terminera en famille sur les routes européennes. Une lecture à compléter par la découverte de très belles photos sur le site de l’auteur : www.souslesailesdelhippocampe.com

                                        Jean-Yves Mounier – www.cyclo-arc.fr -

 

2014- 304 pages -  Éditions Guérin – http://www.editionsguerin.com

Prix : 19,50 €

 

 

08:23 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Asie, Biélorussie, Eurasie, Europe | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer

17/05/2014

Suchel François

cyclotourismeSOUS LES AILES DE L’HIPPOCAMPE

Auteur : François Suchel

On peut vouloir partir, parce qu’on n’a jamais voyagé. Moi, j’ai décidé de voyager parce que je suis trop souvent parti.

J’ai parcouru le monde sans le voir.

Neuf millions de kilomètres, onze mille heures de vol, quinze mois de ma vie passées dans le ciel à survoler les terres balafrées par la cupidité et la misère. J’ai aussi admiré des paysages grandioses, toujours vissé dans le confort cotonneux de mon cockpit, bien à l’abri des réalités qui défilaient sous mes pieds. Et lorsque je touchais le sol, de New York à Pékin, de Rio à Bombay, c’était pour m’enfouir dans une autre bulle protectrice, un hôtel luxueux et sans rapport avec la vie locale.

Pilote de ligne. Comment donner du sens à cette vie de passage, comment réconcilier la quantité et la qualité, gommer les décalages, éprouver les distances, renouer avec le temps des rencontres et de la connaissance ?

C’est avec toutes ces questions au fond des sacoches que je m’envolais le 8 janvier 2010 vers Canton. J’avais la ferme intention d’en revenir à bicyclette en suivant la ligne aérienne que j’avais empruntée pour m’y rendre. Je voulais retrouver l’espace, le sentir dans mes mollets, le peupler de chairs, d’odeurs et de bruits, de langages inintelligibles, de signes abstraits, de poésie. Je voulais savoir ce qu’il en coûte de parcourir dix mille kilomètres quand on n’a que de l’eau dans les bidons et pour seul moteur, la mécanique du corps.

Adolescent j’avais rêvé de m’envoler. Adulte, il me faudrait redescendre bien avant que la retraite, ce couperet du pilote qui nous coupe les ailes ne m’y oblige.

Comme un futur père de famille attendant son premier enfant, j’étais bardé de principes, avant de monter en selle :

- Je suivrai la ligne aérienne au plus près, quitte à couper en plein désert si nécessaire, et s’il n’y a rien à voir sous les ailes de l’avion, et bien tant pis, je ne verrai rien !

- J’effectuerai chaque kilomètre de ce parcours à bicyclette, quelle que soient les difficultés. Bus interdit.

- Je ne m’absenterai pas un jour de plus que convenu avec ma femme, extraordinaire Marianne, qui accepta, non sans une grande appréhension, mon départ.

Et comme tout bon père de famille confronté aux défis de la paternité, nous verrons dans ce récit comment les circonstances ont eu raison de cette belle éthique et quel a été mon itinéraire vers la liberté d’être soi-même.

-2013- 268 pages –http://www.blurb.fr

Prix : 18,95 € + 6,50 € de frais de port.

 

07:32 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Asie, Biélorussie, Eurasie, Europe, France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

03/04/2014

Chelala Jean-Gabriel et Filleux Patrick

cyclotourisme48° Nord – 33.000 Km en vélo, vel’eau et Kayak

Auteurs : Jean-Gabriel Chelala

Patrick Filleux

De 2008 à 2010, Jean-Gabriel Chelala a réussi un tour du monde singulier et sans précédent à la seule « force humaine », progressant en vélo assis ou couché sur les terres émergées et en « vel’eau » - prototype de canot à pédales – ainsi qu’en kayak sur mers, océans et rivières. Ce nomade de la planète a parcouru 33.000 Km  de Paris à Paris, traversant 9 pays – France, Espagne, Portugal, Etats-Unis d’Amérique, Canada, Russie, Biélorussie, Pologne, Allemagne - à la rencontre d’autant de peuples et de cultures. Le récit de ce périple a été écrit par Patrick Filleux, journaliste et écrivain, qui a couvert en temps réel pour l’Agence France-Presse ce voyage extraordinaire...

-2014- 304 pages – Édition Les 2 encres – encres lointaine.

Prix : 21,80 €

 

21:44 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Allemagne, Amériques, Biélorussie, Canada, Espagne, États-Unis, France, Pologne, Portugal, Russie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer