Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2018

Legros Jean-Pierre et Gobert Daniel

617Cotacol.jpgEncyclopédie Cotacol

1000 côtes de Belgique

Auteurs : Jean-Pierre Legros et Daniel Gobert
Avec la collaboration de E. Lucas, L. Vanguestaine, J. Bruffaerts, JP. Bernaets, E. Joly, A. Tignon, M. Cordier, G. Desgain, D. Belpaire,…

Préface de Théo Mathy

 

Sous la conduite de Daniel Gobert, 31 ans en 1990, professeur de mathématiques à Namur ainsi que président-fondateur du Brevet International des Grimpeurs (BIG), donc déjà « Cyclo Grimpeur » ( !), et de Jean-Pierre Legros (41 ans), fonctionnaire des Finances à Namur ainsi que modeste cyclo mais talentueux artiste graphique… une équipe de 15 collaborateurs motivés ont ensemble mesuré 1809 km de montées et se sont élevés de 112 396 m pour relever, « pedibus cum jambis », chaine d’arpenteur et niveau artisanal en mains, la longueur et la dénivellation de tout ce qui monte en Belgique, la plupart du temps avec différents versants aboutissant au sommet.
Puis les deux promoteurs ont fait une sélection de 1000 côtes avant d’en proposer un descriptif, par hectomètres, assorti d’un graphique illustrant le pourcentage. Le tout était complété d’un savant calcul permettant d’attribuer un chiffre « cotacol » permettant d’attribuer le degré de difficulté cycliste de chaque côte belge.
Ainsi voit-on et sait-on que la côte la « plus dure de Belgique » serait la montée Haussire (sud-ouest) à la Roche en Ardenne ( N° 450) dotée de 363 Points Cotacol (PCC) pour élever de 273 m en 3900 m (7% de moyenne avec maximum de 13%) devant l’illustre Mur de Stockeu à Stavelot (360 PCC).
Plus modeste, le col de la Croix Jubaru (99m) à Tournai, premier col connu en Belgique, totalise 61 PCC en élevant de 75 m sur 1350 m, soit 5,6 % !
Publié ensuite en version néerlandaise, l’Encyclopédie Cotacol, est depuis longtemps épuisée et difficile à trouver en occasion sur les sites dédiés. Il faut dire que ce travail titanesque, génial et inégalé, qui servit un temps de référence pour les commentaires de courses télévisés à la RTBF n’a pas résisté à la concurrence des sites internet actuels.

 

Commentaire d'André Tignon :
« Un travail de bénédictin mais surtout de cyclo-grimpeur enthousiaste qu’est Daniel Gobert. Je suis très heureux d’y avoir contribué en mesurant quelques côtes du Tournaisis, ma région. »

 

1990620 pages - Les Presses de l’Avenir, Arlon-Bruxelles

 

Deux autres livres de Daniel Gobert sont à découvrir sur ce blog.

15:45 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

11/02/2018

Gobert Daniel

Gobert-couverture.jpgLes cols de la vie

Auteur : Daniel Gobert

Préface d'André Tignon

 

Tout ce qu'un cyclo-touriste doit savoir pour bien escalader et vaincre les pentes les plus dures et les cimes les plus hautes de France, de Belgique et d'ailleurs.
L'aventure en vélo... l'aventure aux vents vivifiants des hauteurs de France, de Belgique... et aux joies de l'effort et de l'obstacle vaincu, c'est ce que propose cet excellent ouvrage aux amateurs de randonnées et de cyclo-tourisme.
Mais cet ouvrage, qui sent effectivement bon l'air pur du sommet des principaux cols et côtes européens, n'est pas seulement – non ! – le manuel du parfait cyclo-touriste. Il est, en plus, un regard vécu sur ce sport sympathique en pleine expansion auquel il consacre au passage trucs, ficelles et nomenclatures d'adresses utiles et de randonnées illustrées conseillées.
Bref ! Un livre qui veut que tout cyclo se dise : « C'est vrai ! Moi aussi, je l'ai vécu ».

 

1985128 pages Dejaie

 

Daniel Gobert est également l'auteur de "L'histoire du cyclogrimpisme" présentée sur ce blog.

11:42 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

22/01/2018

Frankius

Petit traité-couverture.jpg

Petit traité du départ en bicyclette

Auteur : Frankius

 
 Je viens de faire paraître aux Éditions du Panthéon le livre Transgression de mon moi. J’ai vécu à Paris, à Toronto, à Vancouver, à Victoria, et à Montréal. J’ai voyagé au Colorado, à New-York, à Albuquerque, en Belgique, en Suisse, en Allemagne, en Tunisie, à Fredericton. Je connais l’anglais et l’espagnol. Je suis diplômé en sciences humaines et en technique informatique au collégial. J’ai étudié au certificat en création littéraire à l’Université Laval. J’ai travaillé comme programmeur dans différents ministères à Québec et dans le privé à Paris. J’ai fait de la scène libre dans des soirées de poésie au Tam-Tam café, à Québec. J’adore la marche, la bicyclette, le ballon-balai comme sport d’hiver, la musique, les bons films. Je me consacre également à la jonglerie depuis cinq ans. Je suis un passionné des livres. Si je me suis donné le pseudonyme de Frankius, c’est pour me faire connaître en tant que poète, chercheur, inventeur. Pseudonyme simple, gracieux, proche de mon propre nom, et qui a le style d’un Platon et d’un Confucius. Me voici avec un second livre, dont j’espère voir le jour de son édition. Petit traité du départ en bicyclette est une prose didactique. Si les amants du vélo, de même que les défenseurs, de près ou de loin, de la bicyclette, ont intérêt à lire ce manuel, c’est qu’il est la clef de la révélolution. À cela sont exposées des prises de vue pour seconder l’esprit de chaque lecteur. Même le plus ardant détracteur de la bicyclette devra s’y pencher pour connaître une nouvelle réalité. Petit traité du départ en bicyclette pourrait bien, tout autant, s’intituler : Inspiré d’une histoire vraie.

 

2015108 pages – Les Éditions Belle Feuille

Prix : 25 $

20:19 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

14/01/2018

Les dérailleuses

Les dérailleuses-couverture.jpgLondonderry Vol. 2

Auteures : Les Dérailleuses

 

Londonderry vol. 2 – cyclotourisme est la deuxième édition du livre publié par le collectif montréalais Les dérailleuses.
Le livre rassemble des contributions en trois langues (français, anglais, espagnol) venues de: Sherbrooke, Québec & Montréal (Québec), Newport (Rhode Island), Denton (Texas) & New York, Stanciova (Roumanie), México Ciudad & Guadalajara (Mexique).
Cette nouvelle édition s’interroge sur les perspectives féministes du cyclo-tourisme.

 

201768 pagesCollectif « Les dérailleuses »

Prix : 13 € + frais de port

Liste des points de vente sur le site du collectif ou en contactant Ravy, l'illustratrice.

11:53 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

13/01/2018

Collectif

Anthologie-couverture.jpg

Anthologie Légendes du sport (Fantaisies sportives)

Auteurs : Collectif

« Dans la vie, les plus durs travaux deviennent agréables à condition qu’ils soient inutiles et volontaires, et l’on pourrait en citer des exemples à l’infini… Un seulement, pour terminer : quoi de plus pénible que de composer un livre dont on est responsable ? Quoi de plus agréable que d’écrire une préface pour un volume dont on n’a point la charge ? C’est du sport, un sport charmant puisqu’il est inutile et volontaire. » Gaston de Pawlowski, « Le Sport » (1926).
Des footballeurs de l’âge de pierre aux surhommes de la République humaine — car dans dix mille ans, il n’existera plus qu’une République universelle ou de l’île mystérieuse d’Athlétapolie aux États-Unis d’Europe de l’an 2077, le sport est et reste un sujet de discussion qui déchaîne les passions.
Cet attrait remonte à la nuit des temps, ainsi que le démontre « La Légende des cycles », puisque « après avoir fait le ciel et la terre, les poissons, les oiseaux, les bêtes à pattes et l’homme, Dieu créa le Tricycle à son image. »

Textes sélectionnés par F. Mundzik.

 

2017122 pages – Bibliogs

Prix : 14,50 €

Tirage limité à 20 exemplaires

17:30 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

12/12/2017

Valla Gérard

cyclotourismeLes Vélos de Feu – 50 ans de courses

Auteur : Gérard Valla

Ce livre est un hymne à l’amour du sport cycliste et au souvenir de tous les sapeurs-pompiers morts au feu en France et partout dans le monde.

Cette histoire est un chant de mémoires.

Retraité du corps des sapeurs-pompiers de la ville de Saint-Étienne, Gérard Valla qui lança avec le cyclisme la mondialisation du sport dans sa corporation, retrace cinquante ans de compétitions cyclistes chez les soldats du feu.

À partir des premières courses organisées à Lyon à la mémoire des victimes de la catastrophe de Feyzin du 4 janvier 1966, jusqu’aux championnats de France et du Monde d’aujourd’hui, l’auteur raconte, au fil des souvenirs, l’ensemble des épreuves sur route et de VTT qui rassemblent dans la passion cycliste les femmes et les hommes qui portent secours.

Richement illustrée par 553 photos, cartes et dessins, cet ouvrage émouvant et passionnant regroupe tous les palmarès, des anecdotes, des portraits et des rubriques comme celle intitulée « Vive les femmes », sans oublier de rendre hommage aux victimes de Feyzin, sapeurs-pompiers de Lyon et de Vienne ainsi que les civils emportés par cette tragédie.

2017 – 248 pages – Éditions Jeanne-d’Arc

Prix : 28,00 €

19:18 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

05/12/2017

Mortagne Jean-Pierre

JP Mortagne-couverture.jpgJosé Beyaert Vélo d'or

Auteur : Jean-Pierre Mortagne

 

Au milieu des années 1970, l’écrivain Auguste Le Breton, l’auteur de la série policière Riffifi, présente à son ami Jules Dassin, réalisateur notamment des Forbans de la nuit et de Jamais le dimanche, un projet de film sur le cycliste José Beyaert. Le cinéaste découvre avec étonnement ce coureur à la vie d’aventurier, qui réside à l’époque en Colombie...

Dans son projet, Auguste Le Breton brosse le portrait du seul Français, détenteur du titre de champion olympique de cyclisme sur route, obtenu à Londres en 1948. L’écrivain raconte les deux années professionnelles de Beyaert aux côtés de l’exceptionnel grimpeur René Vietto, et puis les années colombiennes... Des pages de l’histoire de José Beyaert figurent d’ailleurs dans Rouges étaient les émeraudes (1971) et Les Bourlingueurs (1972), deux livres d’Auguste Le Breton.

Le film est sur le point de se réaliser… .

Coup du sort. En 1973, le réalisateur américain Franklin J. Schaffner adapte à l’écran l’histoire romancée d’Henri Charrière dit Papillon, un bagnard qui a publié son récit d’aventures en 1969. Le célèbre bourlingueur français interprété par Steve MacQueen. Les producteurs de Jules Dassin estiment alors que le parcours d’aventurier de José Beyaert est proche de celui de Papillon – ce qui est faux – et renoncent finalement à produire le film. C’est pourquoi on se souvient encore aujourd’hui de Papillon mais pas de Beyaert.

Olympic Gangsetr.jpg

Le journaliste d’investigation britannique Matt Rendell lui a rendu vie dans Olympic Gangster, une biographie publiée en 2009 en Angleterre qui n’a jamais été traduite. Cet hommage est donc resté confidentiel en France.

Ce livre raconte la vie romancée de José Beyaert, Champion Olympique de Cyclisme sur route en 1948 à Londres. Une vie qui démarre à Lens en 1925 et qui s'achève en 2005 à Royan. Entre ces deux dates des courses cyclistes, dont 2 Tours de France, un départ en Colombie, une victoire du Tour de Colombie en 1952, et ensuite une vie agitée et mouvementée où José Beyaert se retrouve dans les mines d'Emeraudes de Muzo, à cultiver le balsa dans la jungle, à plonger sur des galions d'or du Capitaine Morgan, une grande amitié avec Auguste Le Breton, une proximité avec Pablo Escobar et enfin une fuite rocambolesque vers Royan poursuivit par les FARC.

 

2017312 pages – Éditions Les Lumières de Lille

Prix : 20 €

Jean-Pierre Mortagne est l'auteur de 2 autres livres sur le cyclisme publiés aux Éditions Les Lumières de Lille.

16:42 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

03/12/2017

Larès Maurice J.-M.

Lawrence avant l'Arabie-couverture.jpgT. E. Lawrence avant l'Arabie

1888-1914

Auteur : Maurice J.-M. Larès

 

Très jeune, Thomas Edward fut initié aux joies de la bicyclette par son père, ses frères et lui, chevauchant des modèles des plus récents, se firent rapidement remarquer dans leurs déplacements vélocipédiques, toujours dans le même ordre et dans la même tenue.

C'est donc tout naturellement que le futur auteur des « Sept piliers de la sagesse », alors âgé de 18 ans et ayant déjà derrière lui l'expérience de courses cyclistes ou de longues randonnées à bicyclette, commença à consacrer tout ou partie de ses vacances estivales à la découverte de la France à bicyclette, pour assouvir, entre autres, sa passion pour l'histoire médiévale et les châteaux-forts de l'époque.

L'auteur recense avec certitude six voyages en France entre 1906 et 1910, deux autres restent incertains, avant que le futur Lawrence d'Arabie ne découvre le Moyen Orient, le plus souvent à pied, découverte qui orientera le reste de sa vie.

Le lien de T.E. avec les deux-roues n'est cependant pas rompu puisque Maurice Latès signale un voyage à bicyclette en février 1935 dans le sud de l'Angleterre et qu'en mai de la même année, il sera victime d'un fatal accident de la route, sa motocyclette conduite à vive allure venant percuter... une bicyclette !

Ce livre, qui ne se limite cependant pas à la carrière « cycliste » de T.E. Lawrence, décrit de manière très plaisante la jeunesse de ce personnage mythique et intéressera amateurs de récits de voyage à bicyclette et lecteurs de biographies de qualité.

 

2002 228 pages – L'Harmattan

Prix : 18,30 €

Lawrence(avant)d'Arabie-couverture.png

Un autre livre paru récemment, au titre et à la couverture assez proches, propose une approche différente de cette période de la vie de T.E. Lawrence en s'appuyant sur les lettres qu'il envoyait lors de ses déplacements à sa famille, à ses amis ou ses relations professionnelles. Un bon complément à l'ouvrage de M. Larès.

T.E. LawrenceLawrence (avant) d'Arabie, Lettres de ses voyages de jeunesse (1906-1914)2017256 pages – Éditions Interfolio 20 €

 

Concernant le plus long des voyages à bicyclette de Lawrence en France, effectué à l'été 1908, le livre de référence reste celui de Guy Penaud que nous présentons sur ce blog.

 Sur les liens avec Dinard, lire cet article du journal Ouest France ou encore celui-ci.

Une exposition sur Lawrence d'Arabie est prévue dans cette ville durant l'été 2019.

 

Jean-Yves MOUNIER

14:58 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

28/11/2017

Everard John

Corée du Nord.jpgLa Corée du Nord à bicyclette

Un diplomate à Pyongyang

Auteur : John EVERARD

Illustrateur : Thomas Gillant (couverture)

Traduit de l'anglais par Philippe CHE.

 

Ne vous fiez pas au titre. Ce livre nous permet de comprendre les raisons pour lesquelles toutes les stratégies internationales contre la Corée du Nord ont échoué jusqu’ici. John Everard a bénéficié d’une position privilégiée : diplomate britannique en poste à Pyongyang, il a été un observateur placé au cœur du système politique nord-coréen en fréquentant les cercles étroits de la capitale.

Mais John Everard ne s’est pas laissé emprisonner dans les réseaux du pouvoir. Jour après jour, il a enfourché sa bicyclette et sillonné, autant qu’il le pouvait, les environs de la capitale. Il a fréquenté les marchés populaires et surtout, chose rare, il a rencontré régulièrement des Nord-Coréens. Il a noté, il a échangé, il a photographié pour mieux comprendre ce pays mystérieux, propice à toutes les peurs et à tous les fantasmes.

Il en résulte un savant maillage d’analyses politiques très documentées et de portraits à hauteur d’homme. Mais, s’il est sans concession à l’égard de l'élite dirigeante nord-coréenne,  il ne cache pas sa sympathie pour le peuple.

Un ouvrage d’analyse politique rempli d’humanité.

 

2018336 pages – Decrescenzo Éditeurs

Prix : 21 €

À paraître en février 2018

15:30 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Asie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

27/11/2017

Richard

Richard Forget-couverture.jpgLa revoluzion ne sarà nia motoriseda

Auteur : Richard

 

C'est quoi ce truc ?

Il contient :

- le vocabulaire utile pour les voyageurs / voyageuses à vélo en 52 langues (albanais, allemand, amharic, anglais, arabe, azeri, basque, breton, bulgare, catalan, chinois, coréen, croate, danois, espagnol, espéranto, estonien, farsi, finnois, français, gallois, géorgien, grec, hongrois, indonésien, islandais, italien, japonais, ladin du Val Gardena, letton, lituanien, malgache, mongol, néerlandais, népalais, philippin, polonais, portugais, roumain, russe, serbe, slovaque, slovène, suédois, swahili, tadjik, tagalog, tchèque, thaï, turc, ukrainien, vietnamien)

- un cd compilation mp3 de 84 chansons sur le thème du vélo

Pourquoi le titre « la revoluzion ne sarà nia motoriseda » ?

Ce titre est écrit en ladin du Val Gardena (vallée de Sud Tyrol au nord de l'Italie). Cette langue est la langue maternelle d'environ 8 000 personnes, ce qui en fait la langue la moins parlée des 52 du projet et donc, celle à mettre en avant et à protéger.

Cet objet est « vendu » à prix libre. Pourquoi ?

Parce qu'il serait illusoire de vouloir rémunérer, par un prix fixé, les milliers d'heures passées sur ce projet. Parce que l'objet doit être accessible à toutes et tous. Parce qu'une discussion sur le projet sera toujours plus belle qu'un vulgaire rapport marchand. Parce que qui nous est cher n'a pas de prix. Parce que la révolution passera aussi par là, en attendant l'abolition de l'argent …

Bonne lecture, bonne écoute et bon voyage !!!

 

Commentaire de Jean-Yves MOUNIER

52 fiches recto-verso en 52 langues différentes, certaines très improbables, avec, pour chacune, 29 termes techniques sur la bicyclette et 72 mots ou expressions pour faciliter la communication avec les autochtones, un véritable travail de titan que l'auteur a mis 3 ans à réaliser. Et comme si cela ne suffisait pas, il a joint dans sa pochette un CD musical avec 84 titres, de tendance plutôt rock et punk, évoquant la bicyclette ; un titre a même été écrit spécialement pour cette compilation.

La démarche est militante mais rigoureuse, Richard veut faire partager ses passions vélocipédiques et musicales hors de tout circuit commercial ou médiatique ; la connexion est clairement établie avec Chasse-Goupille et comme ce fanzine hors normes, l'acquisition de cette pochette est vivement recommandée.

 

201752 fiches et 1 CDAutoédition disponible auprès de l'auteur

Prix libre

11:19 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer

22/11/2017

Grenier Nicolas

EdV_La petite reine_Anthologie litteraire du cyclisme_Couverture_p1.jpgLa petite reine : une anthologie littéraire du cyclisme

Auteur : Nicolas Grenier

Préface de Jean Durry

 

Cette nouvelle anthologie littéraire du cyclisme nous offre à lire et relire des textes, bien au-delà des anthologies sportives existantes. Elle présente un panorama d’écrits en langue française, avec des extraits de romans, essais, poèmes et articles de presse, du XIXe siècle jusqu’à l’entre-deux-guerres, qui restent encore modernes de nos jours.

On y découvre les fameux récits d’Alfred Jarry, Alphonse Allais, Albert Londres, Maurice Leblanc, Pierre de Coubertin, Octave Mirbeau, et beaucoup d’autres encore. Des auteurs célèbres ou moins connus, tombés dans l’oubli, mais qui en leur temps étaient les « vedettes » de chroniques sportives. Tous ces auteurs ont voulu décrire, à leur manière, cette merveilleuse machine, le vélo, qui comme l’automobile et le chemin de fer a révolutionné le transport dans les villes, les campagnes, la société et a inventé un nouveau sport. Sur leur bicyclette, les hommes, les femmes… et les enfants découvrent, enfin, la liberté, et aussi la fraternité.

Soixante textes, précédés d’une présentation de l’auteur, composent cette anthologie. Chaque chapitre aborde les grands thèmes du cyclisme, comme les loisirs, la compétition, la physiologie, la guerre, la ville, la technique. Ce « deux-roues » si particulier entraîne certains auteurs dans des envolées lyriques et poétiques. Qu’il s’agisse d’une dame ou d’une jeune fille à bicyclette, d’un cycliste amateur ou d’un sportif professionnel, héros de la route et d’un jour, d’un flagorneur, d’un chroniqueur sportif, l’effort ou le plaisir de pédaler est toujours là, mais souvent contrebalancé par des descriptions pamphlétaires, sportives, sociologiques, techniques, à l’exemple de l’invention des pneumatiques par André Michelin, mais aussi humoristiques ou encore romantiques, tel le récit d’une promenade à vélo pouvant devenir érotique… Du vélocipède au vélo de course en passant par la bicyclette ou encore le « vélocipard », il y en a pour tous les goûts.

L’auteur a souhaité apporter une nouvelle vision du cyclisme dans la littérature. Ce livre s’adresse à toutes et tous, qu’ils soient sportifs, amateurs de littérature, spécialistes du vélo, universitaires ou tout simplement amoureux de la « petite reine ».

 

2017324 pages Les Éditions du Volcan

Prix : 22 €

16:31 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Littérature - Poésie. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

20/11/2017

Vieren Jipe

Couv Lulu peloton retouché.jpgSi on causait vélo ?

Auteur : Jipe Vieren

 

Introduction fournie par l'auteur

Énonçons quelques pensées profondes et sérieuses des amoureux du vélo  au cours des temps :

En hommage au vélo

Le vélo est un engin presque parfait au niveau du rendement mécanique. Sa grande originalité réside dans le fait qu’il n’est pas un produit de la recherche industrielle, il est l’aboutissement heureux d’une multitude d’idées et d’essais réalisés  par de nombreux bricoleurs, amoureux de la nature, de l’effort et de la technologie…

En hommage aux cyclistes

Un cycliste qui pédale est un être pensant, ne pas croire que le sportif est dénué de cerveau… La preuve, le cycliste aime la facilité… 0n n’a jamais vu un cours d’eau remonter une pente, alors pourquoi ne pas préférer les descentes ?

Principe de Jipe :

Tout coureur plongé dans l’ambiance d’un vélodrome subit quatre forces :

la force gravitationnelle proportionnelle au poids de son corps, la force centrifuge proportionnelle à sa vitesse, la résistance de l’air élevée au carré de sa vitesse, et la force de ses concurrents qui vont plus vite que lui…

 

201742 pages – Éditions du Panier d'Orties

Disponible sur le site Lulu

Prix : 10 € HT

Deux autres livres de Jipe Vieren sont également présentés sur le blog.

17:50 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

04/11/2017

Collectif

Poulidor-couverture.jpgAu tour de Poulidor

Ses amis racontent...

Auteur : Collectif

Illustrations de DÉRO

 

Extrait de la préface de Jean-Marie Leblanc

Bien qu'il ait fait l'objet de plusieurs ouvrages, qui n'ont rien laissé dans l'ombre de sa longue et belle carrière, c'eût été un oubli fâcheux – et même une faute de goût – que de ne pas profiter de cette année 2004 où, pour la première fois, le Tour de France visite Saint-Léonard-de-Noblat, pour rendre un nouvel hommage appuyé , écrit pour la postérité, au plus illustre de ses citoyens, Raymond Poulidor. Grâce en soit rendue à toute l'équipe qui en a pris l'initiative, et qui a fait appel à une belle brochette de « poulidoristes » dont les connaissances ne sont plus à dire, pas plus que la sympathie que leur inspire notre champion français, tellement emblématique . […]

 

Textes de : Daniel Pautrat, Émile Besson, Jacques Augendre, Serge Laget, Jean-Paul Brouchon, Sandrine Marcillaud-Authier, Jean-Paul Ollivier, Albert Bouvet, Jacques Marchand, Pierre Verdier, Claude Louis, Alain Rodet, Christine Riffaud, Martine Tandeau de Marsac.

 

200472 pagesÉditions du Moulin du Got

Prix : 10 €

 

Merci à Didier Rapaud pour cette découverte.

21:38 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Robin Francis

Paris-Versailles-couverture.jpgLe Paris-Versailles du dimanche 8 décembre 1867

Première course cycliste de tous les temps ?

Auteur : Francis Robin

 

Extraits de la préface de Gérard Salmon

 

On ne peut raconter l'histoire du vélo sans passer par Paris !

C'est ce qu'avait pressenti le baron Carl von Drais dès avril 1818 pour inaugurer sa récente invention au jardin du Luxembourg avec l'organisation d'une parade en présence de la presse mondaine, et c'est ce que pensèrent également les frères Ollivier dans les années 60 en choisissant de fonder la société Michaux et Cie à Paris alors que leurs propres affaires familiales étaient enracinées en province, à Lyon, et en Provence, en Avignon !

[…] Il faut dire que le contexte de l'Exposition universelle de 1867 n'y fut pas pour rien et que c'est peut-être cette circonstance providentielle qui suggéra aux Ollivier d'allumer la mèche vélocipédique de laquelle devait dépendre le succès de leur entreprise, mais aussi tout le destin de la future bicyclette.

L'essentiel constituait pour eux à créer l’événement au bon moment pour en diffuser la nouvelle et toucher largement l'opinion publique, et c'est sans doute dans cette optique que s'explique l'organisation du Paris-Versailles qui nous intéresse ici.

Au sujet de cette manifestation, il faut reconnaître que les questions sont nombreuses. Par exemple : s'agit-il de la première course cycliste de tous les temps ? Si oui, pourquoi ne figure-t-elle pas dans la grande histoire vélocipédique ? Ne s'agissait-il pas plutôt d'une parade ? Pourquoi alors y eut-il un classement et des prix ? [...]

 

201745 pages – Dossier n° 65 édité par la Vélocithèque, Le Bois, 69590 Pomeys – 04 78 48 45 67.

Disponible comme les autres dossiers auprès de Gérard Salmon.

Prix : 12 € + 3 € de frais de port

21:10 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Histoire | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer

19/10/2017

Barrier Bruno

Chasseurs cyclistes-couverture.jpgLes chasseurs cyclistes au combat

Faits d'armes dans le Cambrésis en 1914

Auteur : Bruno Barrier

 

Membre de l'association « Cambrésis Terre d'Histoire », j'ai décidé, dans le cadre du Centenaire de la Grande Guerre, de publier cet ouvrage en hommage à mon grand-père Roger BARRIER, soldat du 2e groupe de chasseurs cyclistes de la 2e division de cavalerie lors du premier conflit mondial. Cette unité atypique à laquelle les Allemands ont donné le surnom d' « hirondelles de la mort » méritait bien une étude complète.

Déjà, Napoléon, dans ses « mémoires », insiste sur la nécessité, pour la cavalerie, de disposer de fantassins « qui pourraient suivre la cavalerie au trot ». L'introduction dans les armées de la bicyclette n'a pas été aussi facile que nous aurions pu le supposer.

Certain de détenir la vérité, le capitaine GÉRARD, sorti du rang, que son mérite seul avait distingué, poursuivit jusqu'à son dernier souffle, par pur patriotisme et avec un absolu désintéressement, la réalisation de cette idée : « la bicyclette est un merveilleux instrument de combat ». Malgré les hésitations de l'état major, malgré les critiques injustes et multipliées, jamais il ne se découragea. La création d'unités cyclistes fut donc laborieuse (essais techniques et tactiques), pourtant celles-ci confirmeront toutes leurs qualités guerrières pendant la Première Guerre mondiale et de nos jours les unités de dragons demeurent les gardiennes jalouses de ce patrimoine important et unique.

Le groupe de chasseurs cyclistes est un groupe de combat. Dès le début des hostilités, et notamment dans le Cambrésis en août-septembre 1914, pendant la période dite de mouvement, les chasseurs cyclistes sont partout présents, à chaque coup dur, s'engageant totalement chaque fois à un point tel qu'il fallait les reconstituer presque complètement. Ils ont combattu toujours et partout jusqu'à l'épuisement complet.

 

2017150 pages – Cambrésis Terre d'Histoire

Prix : 19 € + 4,38 € de frais de port

22:15 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Vespini Jean-Paul

Gino le Juste-couverture.jpgGino le Juste

Bartali, une autre histoire de l'Italie

Auteur : Jean-Paul Vespini

 

Surnommé Gino le Pieux pour sa foi chrétienne souvent démonstrative, Gino Bartali (1914 - 2000) est une icône du sport cycliste. Les tourments de l’Histoire ont posé une douloureuse parenthèse dans une longue carrière couronnée entre autres par 2 Tours de France (1938, 1948) et 3 Tours d’Italie (1936, 1937, 1946) et marquée par sa rivalité avec Fausto Coppi. En faisant de Bartali un « Juste parmi les nations » en 2013, le mémorial Yad Vashem lui a offert un autre surnom : « Gino le Juste ».

Privé de compétitions pendant la Deuxième Guerre mondiale dans une Italie divisée et occupée, le campionissimo se mua en messager clandestin. Sous couvert de sorties d’entraînement, le Florentin parcourait des distances considérables pour acheminer dans les tubes et la selle de son vélo des faux papiers destinés à sauver des Juifs menacés.

Extrêmement discret sur ses activités de résistant au sein du réseau Delasem, Bartali sauva près de 800 Juifs. Avant guerre, l’Italie mussolinienne avait tenté d’instrumen­taliser – notamment sur le Tour de France – le talent du jeune Bartali. Connu pour son appartenance à l’Action catholique et son opposition au régime fasciste, Bartali, entré dans l’ordre du Carmel en 1936, refusa toujours de porter la chemise noire.

Jean-Paul Vespini, journaliste spécialiste du cyclisme, révèle dans Gino le Juste tout un pan secret de la vie d’un géant du sport, qui était avant tout un homme remarquable. Sport, histoire et politique donnent la trame de cette étude très documentée.

« La vie de Gino Bartali est un roman. Les faits, sportifs et politiques, sont ici relatés d’après l’histoire et de très nombreux documents. Les dialogues et monologues sont imaginés et inspirés par la personnalité de Gino, le contexte, l’époque et les sources que l’auteur a pu consulter. Ce livre ne raconte pas toute la carrière de Bartali, mais s’attache à évoquer la vie d’un champion et d’un homme exemplaire, dans une époque tourmentée, marquée par la guerre mondiale et les difficiles années de la reconstruction. Un champion qui à travers sa foi profonde, ses exploits, et ses actes de courage incarne un héros populaire et écrit une autre histoire de l’Italie. » 

Avant-propos de Jean-Paul Vespini

 

2014176 pagesLe Pas d'Oiseau

Prix : 18 €

 

Claude Marthaler nous a fait parvenir l'article qu'il avait consacré à Gino Bartali et à ce livre dans « La Liberté » du 25 mai 2016. À lire ici.

21:17 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

01/10/2017

Bosc Henri

UnVeloDesLivresCouv.JPGUn vélo... des livres

Auteur : Henri Bosc

 

Henri Bosc, cyclotouriste bien connu, apôtre du 650 B, et directeur, à l'époque , de la bibliothèque départementale de prêt de l'Aveyron est à l'origine de la réalisation de ce livret de 60 pages avec Laurence Bonne , directrice adjointe.

Dans ce petit fascicule, Henri présente une sélection de textes littéraires en lien avec la bicyclette. Une occasion supplémentaire de découvrir le vaste univers de la petite reine.

 

 UnVeloDesLivresAuteurs-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

199460 pagesBibliothèque Départementale de Prêt de l'Aveyron

18:13 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Littérature - Poésie. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Hilarides Piet Hein

Hilarides-littérature-couverture.jpgPiet Hein Hilarides

La bicyclette dans la littérature française

 

Est-ce qu'il existe un parallélisme entre le développement de l'emploi de la bicyclette dans la société française de la fin du 19e siècle à nos jours et les descriptions de cet emploi que l'on peut rencontrer dans la littérature contemporaine traitant de la même époque ?

C'est à cette question que va tenter de répondre Piet Hein Hilarides dans ce petit opuscule fait maison, organisé en 3 périodes, étudiant chacune à travers un certain nombre d’œuvres ayant en commun une valeur littéraire et dans lesquelles la bicyclette a une véritable fonction.

Sont convoqués ici, par exemple, Émile Zola, Alain-Fournier ou Inès Cagnati, leurs écrits sont analysés au regard de la question posée préalablement et l'auteur arrive à la conclusion – en reconnaissant volontairement que son corpus est réduit et que ses conclusions ne peuvent s'appliquer qu'à celui-ci – que le parallélisme source de cette étude existe bien.

Une porte d'entrée intéressante dans les liens entre bicyclette et littérature qui mériterait d'être élargi à un plus grand nombre de titres, de très nombreuses œuvres de fiction ayant mis en scène la bicyclette...

Il existe une édition en anglais de cette brochure.

 

198954 pagesAutoédition disponible auprès de l'auteur.

Prix : 10,00 €

 

Hilarides-philatélie-couverture.jpg

 

 

Piet Hein Hilarides publie également, aux mêmes conditions, « CYCLISME & PHILATÉLIE », un catalogue thématique de la bicyclette, description de tous les 3411 timbres cyclistes du monde entier de 1887 à 2006. André Tignon consacre sur son site un article très complet sur ce cycliste collectionneur.

10:37 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Littérature - Poésie. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

28/09/2017

Le Martelot Corentin

cyclotourisme Moins d'auto pour aller au boulot

Je passe à l’acte

Auteur : Corentin Le Martelot

Illustrateur : Younn Locard

 

Sept Français sur dix utilisent leur voiture pour se rendre à leur travail, y compris pour un trajet de moins de 1 kilomètre (six sur dix). Fortement ancrée dans nos mentalités, cette habitude n’est pourtant pas si difficile à repenser.

Fort de son expérience personnelle, d’études scientifiques et de Pocheco, Corentin Le Martelot nous offre dans cet ouvrage un outil surpuissant pour passer à l’action : des informations incisives pour une prise de conscience de nos paradoxes, une méthode éprouvée pour un état des lieux adaptables à tous les environnements de travail et la découverte de tant de voies possibles, autrement plus enchanteresses, pour soi-même et pour tous, que les bouchons et pics de pollution.

Corentin Le Martelot est urbaniste, cycliste quotidien et automobiliste occasionnel. Spécialisé dans les questions relatives à la mobilité, il intègre en 2015 l’entreprise Pocheco et son bureau d’études Ouvert, dont les actions et la philosophie ont été portées à la connaissance du grand public par le film Demain. Il a collaboré à l’écriture de Écolonomie, entreprendre sans détruire (Actes Sud, 2016).

Younn Locard est licencié en arts graphiques dans la section bande dessinée de l’atelier Saint-Luc de Bruxelles. Il est l’auteur de deux albums parus aux éditions l’Employé du moi, H27 et Dérive orientale, et d’un album paru chez Actes Sud.

 

2017 – 64 pagesActes Sud / Kaizen

Prix : 8 €

Une chronique de ce livre est à lire sur le site de l'association "Vélo pour tous en Pays rochefortais".

20:23 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Écologie-Politique-Économie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer

04/08/2017

Baudry de Saunier Louis

cyclotourismeLe cyclisme théorique et pratique en 1893

Auteur : Louis Baudry de Saunier

Paru en 1893, "Le Cyclisme théorique et pratique" est un ouvrage-clé, non seulement par le moment de sa parution, mais également par la densité des informations qu’il recèle.

Son auteur y dresse le portrait d’une discipline qui se veut universelle. Oubliée la draisienne des enfants de la Restauration ! Oublié le bicycle à grande roue réservé aux seuls acrobates et casse-cou ! Avec la bicyclette, dont les principes fondamentaux n’ont pas été remis en cause depuis cette époque, c’est le monde entier qui se met en selle. Que l’on soit homme ou femme, que l’on soit jeune ou vieux, que l’on soit sportif ou touriste, la nouvelle machine s’offre à tout le monde !

Louis Baudry de Saunier sut capter cet instant de l’histoire de l’humanité où la liberté de mouvement fit un bond en avant considérable. Un instant aussi où se développa ce qui allait être l’une des grandes aventures du XXe siècle et des siècles suivants : le sport-spectacle. Courses sur route, courses sur piste, records et champions sont ainsi décrits avec force détails. De même que sont abordées des questions comme la place du vélo dans la ville et les femmes à bicyclette !

Louis Baudry de Saunier (1862-1935), premier historien du vélo,  restera l’un des hommes qui ont le mieux parlé du cyclisme et, partant, ont permis de mieux le populariser et le démocratiser. Journaliste à L’Illustration, un des hebdomadaires les plus populaires de France en son temps, Baudry de Saunier se prit de passion pour la vélocipédie au début des années 1890, au point de lui consacrer ses quatre premiers livres, dont son Histoire générale de la vélocipédie.

2017 -  224 pages  - Éditions Chistera

Prix : 16,90 € (Jusqu’au 30 septembre 2017 bénéficiez d’une offre de souscription exceptionnelle : 13,90 euros seulement !)

 

L'édition originale de cet ouvrage majeur ainsi qu'une réédition en fac-similé sont présentés sur ce blog.

15:17 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

08/07/2017

Couturier Grégory

vélo Helyett

Dans le progrès, toujours en tête

Auteur : Grégory Couturier

Helyett, derrière ce nom à consonance anglo-saxonne se trouve une des plus grandes réussites de l’industrie française du cycle. Au nom et à l’image d’une héroïne d’opérette célèbre à l’époque, Helyett est une marque de bicyclettes née à Sully-sur-Loire dans le Loiret en 1919, qui a aussi fabriqué des motos et sponsorisé les coureurs sur piste avant de connaître ses heures de gloire dans les années 1950 et 1960 en remportant notamment trois victoires sur le Tour de France avec Jacques Anquetil. Estimé des connaisseurs et des amateurs de vélo qui ont vécu l’âge d’or des courses cyclistes, Helyett reste méconnue du grand public malgré une notoriété auprès des spécialistes et un palmarès qui la place parmi les plus grands noms avec Alcyon, Bianchi, Gitane, Peugeot ou Raleigh.

Tombé amoureux d’Helyett et de son identité singulière qui fait d’elle une marque différente de toutes les autres, fasciné par son épopée industrielle et sportive, Grégory Couturier et John Woodbridge veulent à travers l’édition de ce livre qui témoigne du patrimoine manufacturier français au vingtième siècle, partager la saga d’une des plus mythiques marques de bicyclettes.

Pour la première fois, une publication est consacrée à l’histoire d’Helyett. Une aventure de près d’un demi-siècle fait de romantisme, de solidarité et de gloire cycliste, perpétué aujourd’hui à travers la passion des collectionneurs et des restaurateurs de beaux vélos qui continuent à entretenir le mythe.

Reprenant un de ses slogans, Helyett - Dans le progrès, toujours en tête, est un beau livre qui rend hommage à une des plus mythiques marques de cycles...

2017 – 176 pages – 80 photos – Éditeur : John Woodbridge

Prix : 39 €

Livre lu et apprécié par le comité de lecture du blog

09:14 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

23/06/2017

Giraud Hélène

Le goût du vélo-couverture.JPGLe goût du vélo

Textes choisis et présentés par Hélène Giraud

 

Au XIXe  Siècle, la bicyclette constitue une révolution et bouscule les conservatismes. Moyen de locomotion, et parfois d’émancipation, elle devient aussi un sport. Le Tour de France, créé en 1903, attire les plus grandes plumes : le vélo se répand dans les classes populaires, qui voient leur quotidien transcendé dans les aventures de « Coppi le charcutier » ou du « mitron Bobet ».

Aujourd’hui, le vélo n’est plus réservé aux dimanches, aux campagnes ou aux athlètes : il est de plus en plus présent dans les villes. On le pare de nouvelles vertus : il rime avec sobriété, autonomie, responsabilité, convivialité.

Balade en compagnie d’Émile Zola, Maurice Leblanc, Jules Romains, Louis Nucéra, Pierre Sansot, Philippe Delerm, Érik Orsenna, Odon Vallet, Alphonse Allais, Jerome K. Jerome, Alfred Jarry, René Fallet, Albert Londres, Antoine Blondin, Paul Fournet, Éric Fottorino et bien d’autres...

 

Commentaire de Jean-Yves MOUNIER

Hélène Giraud, dans ce petit ouvrage, nous ouvre les portes de son panthéon littéraire cycliste. En quatre chapitres et trente chroniques, elle nous présente tous les aspects de la bicyclette à travers les XIXe et XXe siècles et des auteurs plus ou moins connus. À côté des grands classiques (Leblanc, Jarry, Nucéra, Ruffier pour n'en citer que quelques-uns), le lecteur pourra faire connaissance avec des textes plus spécialisés, la plupart disponibles grâce à de judicieuses rééditions et visibles sur ce blog, comme O'Followell ou De Amicis (tous deux hautement recommandables). Chaque texte bénéficie d'une petite note critique permettant de situer son auteur et son rapport à la bicyclette.
Le format poche du livre en fait un compagnon idéal lors d'un court voyage à bicyclette mais le lecteur plus exigeant lui ajoutera l'indispensable anthologie d'Edward Nye « À bicyclette »  parue en 2000 aux éditions Sortilèges ou encore les « Dernières pédalées » de Christian Le Goff en 2011 et pourquoi pas le sympathique petit fascicule de Piet Hein Hilarides de 1989 « La bicyclette dans la littérature française ».

 

Première parution en 2012Le goût du vélo-couverture2012.jpg

2017 - 128 pages - Mercure de France

Prix : 8 €

 

La couverture de la première édition

 

Hélène Giraud est également co-auteure du livre "Le Vélo pour les Nuls" paru en 2014.

 

 

Livre lu et apprécié par le comité de lecture du blog

18:31 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Littérature - Poésie. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

21/06/2017

Schweikle Johannes

 Von Drais-couverture.JPGDie abenteuerliche Fahrt des Herrn von Drais

Eine Romanbiografie

Auteur : Johannes Schweikle

 

Karl von Drais hat die Welt verändert. Am 12. Juni 1817 brach er in Mannheim zur ersten Fahrt mit seinem Laufrad auf.


Der badische Freiherr von Drais träumte davon, mit seinen Ideen die Welt voranzubringen. Mit seiner Laufmaschine wurde der Mensch unabhängig vom Pferd. Aus eigener Kraft erreichte er das vierfache Tempo der Postkutsche, auf dem Veloziped konnte er schier utopische Entfernungen überwinden. Aber es dauerte fast ein ganzes Jahrhundert, bis Deutschland den Wert dieser Erfindung begriff. Der Pionier der modernen Mobilität wurde als Spinner verspottet, in der Revolution von 1848 scheiterte seine Euphorie des Aufbruchs in die Freiheit. Ein Gefährte schildert die  abenteuerlicheFahrt des Karl von Drais, der wie Don Quijote gegen Windmühlen kämpfte. Erst nach dem Tod des Erfinders setzte das Fahrrad weltweit zu seinem Triumphzug an.

Als Lehrling des Wagnermeisters in Mannheim, bei dem Drais sein erstes Laufrad bauen lässt, muss der Erzähler den Erfinder bei Probefahrten begleiten. Die anfängliche Skepsis des Handwerkers gegenüber dem komischen Adligen wandelt sich erst in Gefolgschaft, dann in Bewunderung. Gemeinsam fahren sie über Land. In Paris führen sie im Jardin du Luxembourg das Laufrad vor. [...]

Livre en allemand

 

2017168 pages – Klöpfer & Meyer

Prix : 20 €

11:55 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Histoire, Romans | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer

20/06/2017

Bobet Jean

 Couv-Bobet.jpgÀ vélo & ailleurs

Auteur : Jean Bobet

 

Né en 1930, il fut champion du monde universitaire en 1949 à Budapest, avant d’entamer une carrière de coureur cycliste professionnel qui l’amena sur les routes des plus grandes épreuves.
Il se tourna ensuite vers le journalisme en collaborant à L’Équipe, au Monde et à Cinq colonnes à la une avant de diriger le service des Sports de RTL.
Auteur de plusieurs livres sur le cyclisme, il reçut le grand prix de Littérature sportive 2003, pour sa biographie d’Octave Lapize.


… Je me rappelle qu’Antoine Blondin dans une de ses chroniques m’avait appelé l’homme au masque de frère.
Je me rappelle que la jeunesse m’a quitté un jour à cinq kilomètres du sommet du col du Galibier…

 

2009120 pages – Le Pas d'oiseau

Prix : 12 €

17:57 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Littérature - Poésie. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

19/05/2017

Bernard Tristan

 Le Marquis-couverture.jpgLe Marquis des stades

Auteur : Tristan Bernard

Édition établie et présentée par Benoît Heimermann

 

Tristan Bernard était de bonne famille mais de mauvaise composition. Du moins rechignait-il à considérer le travail comme quelque chose de prioritaire. Ce qui lui importait avant tout c’était de se moquer du monde en plaçant le dilettantisme au rang de vertu obligatoire et en raillant les travers de ses semblables avec constance. Dix romans, cent pièces, des milliers de chroniques et d’articles y suffirent à peine. Encore convient-il d’ajouter que le préposé à la satire mena son entreprise de démolition avec délicatesse. Prolixe et gai, Tristan Bernard (1866-1947) était d’abord désopilant. « L’homme le plus spirituel de la terre » d’après Léon Blum, son ami et contemporain.

Au bout du bout, il est une seule chose que ce voltigeur prenait au sérieux : le sport. Cavalier, boxeur, cycliste, Tristan Bernard arbitra Georges Carpentier avec précision, dirigea le vélodrome Buffalo avec méthode et suivit le Tour de France avec enthousiasme. Une façon pour lui de donner le change ? « Il y a dans tout écrivain, un sportman qui s’ignore. » : entendez par là un créateur qui, trop souvent, se prend au sérieux et un athlète qui, trop facilement, s’estime dérisoire… Pour « le champion de France de l’humour », la tête ne pouvait aller sans les jambes et inversement. Cette anthologie (inédite) le prouve au détour de chaque page.

 

2017 - 216 pages – Le Castor Astral éditeur

Prix : 14 €

17:44 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

18/05/2017

Buzzati Dino

 Giro 1949-couverture.jpgSur le Giro 1949

Auteur : Dino Buzzati

Préface : Éric Fottorino

 

DIno Buzzati n’y connaissait rien au vélo. Et c’est pourtant lui qu’envoie le Corriere della Sera pour couvrir le Tour d’Italie 1949 et suivre le duel attendu par tout un pays entre le « vieux lion » Gino Bartali et Fausto Coppi, un duel épique entré dans la légende du sport.

L’auteur du Désert des Tartares, du K, véritable reporter dictant ses papiers à la fin des étapes, convoque Hector et Achille, imagine un dialogue entre deux chèvres regardant passer le peloton ou, tel un béotien, s’intéresse aux pédales – « Quand l’une est en haut, l’autre est en bas et chacune veut imiter l’autre » – et à Serse Coppi, le frère méconnu. Buzzati décrit l’Italie d’après-guerre, une botte encore rougie par les braises du fascisme, et les Italiens du bord des routes qui n’ont d’yeux que pour les deux champions : Gino le Toscan, le pieux, le conservateur réfugié́ au Vatican pendant la guerre, qui puise dans sa foi l’énergie pour gravir les montagnes ; et son inverse, le Campionissimo, piémontais, moderne, cartésien, progressiste, pas religieux pour un sou. Bartali est petit, Coppi est élancé. Ce sont les deux visages de l’Italie, comme l’écrira Malaparte.

L’écrivain, déjà reconnu, ne singe pas les journalistes sportifs, il chronique ce Giro à sa manière unique, avec des angles inhabituels, nous livre le récit d’une épopée plus grande que le sport, nous conte une péninsule qui oublie son quotidien avec ce merveilleux prétexte qu’est son tour à vélo.

Un texte qu’on ne peut lire sans émotion ni passion, et qui a toute sa place dans l’œuvre de Dino Buzzati. Il  est bien sûr l’auteur de l’un des grands classiques du XXe siècle, Le Désert des Tartares, d’un recueil fameux de nouvelles, Le K, ou encore d’un succès de littérature jeunesse, La Fameuse Invasion de la Sicile par les ours. Il était également peintre, et surtout journaliste au Corriere della Serra, un métier qui l’a influencé dans sa quête, à partir du quotidien, de l’insolite, voire du fantastique.

2017200 pages So Lonely

Prix : 14 €Sur-le-Giro-1949-édition 1984.jpg


La couverture de la rare édition de 1984 chez Robert Laffont

 

21:22 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Histoire, Littérature - Poésie. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

02/05/2017

Rey Jean-Paul - Coutelis Al

 LTH_NFDTDF_Couv_WEB-1.jpgNous, forçats du Tour de France

Auteurs : Jean-Paul Rey – Al Coutelis

Préface de Gérard Holtz

 

Derrière chaque coureur se dissimule un homme, sous chaque maillot bat un cœur.

Inspiré par les dessins forts et vrais d’Al Coutelis, je suis parti à la découverte de ces hommes, j’ai cherché à entendre les battements de leur cœur.

Ces coureurs furent parmi ceux qui s’élancèrent à la conquête des premiers Tour de France. Ils étaient portés par une foi inébranlable – « Je crois en moi, mon Dieu ! ».

Aucun des faits de courses rapportés ici, fut-ce l’anecdote la plus saugrenue en apparence, ne relève de notre imagination, mis à part le seul personnage d’Antonin, le rêveur du Mas.

Jean-Paul Rey

 

Récits véridiques de Jean-Paul Rey - Illustrations de Al Coutelis - Préface de Gérard Holtz

 

Jean-Paul Rey, malheureusement décédé au cours du mois de mars 2017, était un de nos meilleurs spécialistes en matière de cyclisme et de rugby. Il fut journaliste à la Dépêche du Midi, Var Matin, Midi Olympique et enfin Le Monde pour le lancement d’un City News à Toulouse.

Jouissant de sa retraite dans ses chères Pyrénées, il a consacré ces dernières années à la recherche et à l’écriture de livres sur les héros des premiers Tours de France. Il a, en particulier, permis au département des Hautes-Pyrénées de célébrer le centenaire de Luchon-Bayonne, 1ère étape de haute montagne du Tour, et le fameux épisode d'Eugène Christophe forgeant sa fourche à Sainte-Marie-de-Campan. Il a poussé la coquetterie jusqu’à refaire la « grande étape pyrénéenne »  comme en 1910 , chevauchant un vélo d’époque lourd de 15 kg, sans changement de vitesse et aux roues en bois !

 

2017104 pages Le Troisième Homme éditions

Prix : 29,90 € + frais de port et d'emballage - Disponible via la boutique ebay de l'éditeur ou en le contactant par courriel.

 

22:25 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

18/04/2017

Jean Claude

cyclotourismeAU PETIT CAFÉ

Auteur : Claude Jean

Jusqu’aux années de l’après-guerre, les cafés ont été les principaux lieux de rencontre et de sociabilité des villages et des banlieues ouvrières. Claude Jean a passé une grande partie de son enfance dans un de ces modestes établissements situé à la périphérie de Vitré, une petite ville bretonne immergée dans le monde rural. Dans « Au petit café », il fait revivre le souvenir de ses parents, les patrons chaleureux qui animèrent le café « А la descente de la Mayenne ».

Une écriture riche, sensible et empreinte de nostalgie sur la vie de ces petits cafés, lieux de convivialité par excellence aujourd’hui disparus de notre paysage urbain. C’est tout à la fois truculent, triste et apaisant.

2017- Les Éditions Yellow Concept - http://www.yellowconcept.fr/au-petit-cafe-P176.html...

Prix: 17 €

04:58 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

10/04/2017

Salmon Gérard

 12 juin 1817-couverture.jpgPour le bicentenaire de la draisienne – En mémoire du 12 juin 1817, le jour où le vélo vit le jour !

Auteur : Gérard Salmon

 

Préface du dossier

Le 12 juin 1817 est une date historique pour l'histoire du Vélo puisque c'est le jour de sa naissance, ou, plus exactement, celui de la première apparition d'un deux-roues dans un espace public.

Deux siècles plus tard, on ne peut laisser passer l'occasion sans célébrer le bicentenaire d'un tel événement.

L'histoire du Vélo n'est peut-être pas entièrement connue, mais il est désormais avéré qu'elle commença en effet par une démonstration ce jour-là sur une route du Grand Duché de Bade.

Cette démonstration, c'est l'inventeur lui-même qui l'effectua en accomplissant, à califourchon sur ce qu'il appellera une « machine à courir », un trajet d'environ 14 kilomètres en moins d'une heure par ses propres moyens.

Le nom de cet inventeur ? Le Baron Carl Drais von Sauerbronn.

[…] C'est à cette machine à courir qu'en France on donnera peu après – et presque simultanément – le nom de Vélocipède et le surnom de Draisienne.

[…] Et cet événement a semblé suffisamment important à la Vélocithèque pour mériter un rappel des circonstances.

 

201724 pages + 22 pages d'annexes – Dossier n° 64 édité par la Vélocithèque, Le Bois, 69590 Pomeys – 04 78 48 45 67.

Disponible comme les autres dossiers auprès de Gérard Salmon.

Prix : 12 € + 3 € de frais de port

17:23 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

04/04/2017

Bourgier Jean-Paul

 Ô Galibier-couverture.jpgÔ Galibier

Sommet du Tour de France 1911-1937

Auteur : Jean-Paul Bourgier

 

Le 10 juillet 1911, les coureurs du Tour de France affrontent pour la première fois les pentes du col du Galibier. À 2 556 mètres d’altitude, Émile Georget s’engouffre sous le tunnel sommital. Il ouvre un palmarès où figureront les plus grands noms du cyclisme. Entre Savoie et Hautes-Alpes, le Galibier restera le sommet du Tour jusqu’en 1938. Le col-géant, dont le tracé a évolué avec le temps, est une scène de théâtre où les coureurs ont un surnom avant d’avoir un nom : « le Serrurier de Malakoff », « la Ficelle », « l’Écureuil », « le Sellier de Florennes », « le Bouledogue », « la Souris », « le Chamois de Cumiana », « la Puce de Torrelavega »…

Gravi tantôt sous le soleil de juillet qui « framboise les glaciers de la Meije », tantôt sous le déluge, la pluie, la neige qui transforment la route en un cloaque de boue, le Galibier est alors digne d’une tragédie. N’y voit-on pas le maillot jaune André Leducq pleurer au bord de la route suite à deux chutes survenues près de Valloire en 1930, ou encore le coureur espagnol Francesco Cepeda décéder après une chute dans la descente du Lautaret en 1935 ?

 

Jean-Paul Bourgier, auteur du « Tour de France 1914, de la fleur au guidon à la baïonnette au canon », et du « 1919 le Tour renaît de l’enfer » raconte le sport cycliste avec son œil d’historien. Toujours soucieux de situer la compétition dans le contexte local, il évoque la vie difficile des populations montagnardes mais aussi les mutations économiques, les industries des vallées, le début du développement des sports d’hiver.

 

2017144 pages – Le Pas d'Oiseau

Prix : 17 €

18:09 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer