Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2014

Kobayashi Keizo

cyclotourismeHistoire du Vélocipède de Drais à Michaux 1817 – 1870 Mythes et réalités

Auteur : Keizo Kobayashi

Cette étude est née d’une joie, la joie de vivre, que m’a procuré un tour du Japon à vélo réalisé en 1969. J’avais alors vingt ans. Je distribuais les journaux à vélo dans mon village natal ; j’allais également à vélo au lycée à 10 Km de chez moi. Puis j’allai à l’université à 30 Km, toujours en me servant de mon vélo. Mais la sensation que j’eus pendant ce tour du Japon me fut totalement nouvelle. Elle m’amena à réfléchir sur ce qu’était le vélo. Et je me suis dit que la réponse pourrait se trouver dans l’histoire de la bicyclette, depuis la naissance du vélocipède. J’ai alors appris que le vélo était européen ; qu’il avait été inventé par un Allemand, que la pédale avait été trouvé par un Français et que le vélo moderne avait été inventé par un Anglais.

Les recherches de documents à travers l’Europe ont été parfois difficiles certes, mais j’ai toujours été aidé et même encouragé parfois par des personnes des organismes où je les ai effectuées, de façon anonyme dans la grande majorité des cas.

Beaucoup de documents m’ont été donnés par M. Max Rauck et son fils Michael. Les documents et les informations communiqués par M. Dominique Olivier et M. Bruno Olivier de Sanderval, ainsi que les membres de la famille Olivier, ont souvent été déterminants dans ma connaissance des frères Olivier.

Pendant les recherches et pendant la rédaction de cette étude, je me suis quelques fois demandé, entant que non européen, si je pouvais apporter un autre regard, un regard neuf, sinon neutre, sur son histoire. Je voulus surtout vivre l’histoire du vélocipède, avec le baron de Drais, Pierre Michaux et les frères Olivier. Pour cette raison, j’ai préféré citer des textes d’époque. Écrits par des inventeurs, des mécaniciens et d’autre, ils ne sont pas toujours bien rédigés, mais je voulus donner ainsi la parole à ces acteurs de l’histoire du vélocipède.

M. Bernard Déon a eu la gentillesse de lire mon manuscrit. M. Roland Sauvaget a eu la gentillesse de m’aider à la mise en forme de mon manuscrit.

Les encouragements apportés par le Bicycle Culture Center, de Tokyo ont toujours été pour moi d’un grand réconfort.

Dès mon arrivée à Paris en 1974, M. Bertrand Gille m’accueillit comme élève dans sa conférence portant sur l’histoire des techniques et dirigea mes premières recherches. Après la disparition tant regrettée de M. Gille en 1980, M. Jean Tulard a pris sa suite et m’a dirigé dans la même lignée, et ce toujours avec beaucoup de patience.

               Keizo Kobayashi   Paris 1993.

- L’histoire de la naissance de la bicyclette n’a-t-elle pas été faussée par de nombreux mythes dus à une pratique abusive de la compilation et à l’absence de véritables recherches ? L’auteur apporte un nouvel éclairage avec cet ouvrage réalisé après des années de recherches à travers toute l’Europe -.

(Thèse présentée pour l’obtention du diplôme de l’École pratique des Hautes Études, IVe section, Sciences historiques et philologiques, de Paris, sous la direction du professeur Jean Tulard. Avril 1990).

 

1993- 406 pages – Édité avec le soutien du Bicycle Culture Center Tokyo.

 

12:52 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Histoire, Thèse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Écrire un commentaire