Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2015

Bally Stanislas Émile

 

 

 

cyclourismeSIX SEMAINES DE VACANCES EN VÉLOCIPÈDE

Auteur : Stanislas Émile Bally

Branle-bas de combat à la rédaction de Biblio-Cycles, les questions affluent depuis la découverte de ce texte à la   BNF ! 

Qui est donc... ce S. E. Bally qui, en 1891, publie sa relation de voyage à vélocipède chez un éditeur londonien, relation écrite dans un français au registre très soutenu mais se concluant par plus de 40 pages de notes explicitant le texte... en anglais ? Et qui, de surcroît, montre à travers ses écrits une bonne connaissance de la langue allemande et de la culture germanique ? S. E. d'abord : facile, il s'agit de Stanislas Emile, pas très british à vrai dire mais sait-on jamais ? Au début du livre, S. E. est présenté comme “assistant master at the Grammar School Manchester “, piste intéressante puisque Rachel, l'archiviste de cette vénérable école que nous remercions ici chaleureusement, nous apprendra que l'auteur (1857 – 1949) est en fait Suisse, enseignant dans la cité mancunienne de 1887 à 1904 puis de 1915 à 1923 en français, allemand et histoire. Entre ces 2 périodes, il fonda et administra une école anglaise pour filles à Vevey (CH). Il est l'auteur de livres de pédagogie et membre de société numismatique, un personnage fort éclectique donc ! Bally était donc professeur et il a écrit ce récit pour ses élèves, les incitant à la manière de Descartes à savoir quelque chose des autres peuples...

· Mais ce vélocipède qui l'accompagna 6 semaines durant, quel était-il vraiment ? Au long de son récit, S. E. nous le présente par touches discrètes : il est originaire de Coventry, guère surprenant pour un résidant anglais, s'appelle Premier et se distingue aussi bien par son élégance que par sa solidité ;  muni d'un timbre, il roule sur caoutchouc, possède des freins, une lampe mais surtout une chaîne, élément qui permet de le classer dans la famille des bicyclettes, terme utilisé dans le texte par l'auteur une seule fois alors qu'il parle fréquemment de vélocipède ou de bicycle... qu'il oppose aussi au grand bicycle !

· Et ses 6 semaines de vacances, il les a passées où en 1889 ? Là-dessus, « Stan » est plus précis, il nous présente en détail son circuit, de Dieppe à Paris en passant par Caen, de Paris à Reims puis à Sedan où il se montre scandalisé par les ravages encore tout proches de la guerre de 1870, avant de parcourir la Belgique, le Luxembourg et l'Allemagne, offrant à chaque étape à ses élèves lecteurs un beau cours de géographie, d’histoire mais aussi de sociologie des régions et pays traversés. Comme beaucoup de ses contemporains bicyclistes, il se fait aussi le témoin des difficultés de sa pratique, attaques de chiens accompagnés parfois de leurs maîtres, attroupements plus ou moins bienveillants, interdiction dans certaines villes et même mauvais traitement infligé à sa monture dans les trains...

Une bien belle découverte au final dont nous recommandons chaleureusement la lecture, rendue de nouveau accessible à tous sur le site Gallica de la BNF, en téléchargement à cette adresse :

 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k858590p.r=se+bally....

                                                                   Jean-Yves MOUNIER

23:28 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Allemagne, Belgique, France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Écrire un commentaire