Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2015

Schwinn Bicycle Company

cyclourismeNO HANDS – The Rise and Fall of the Schwinn Bicycle Company, an American Institution

Auteurs : Judith Crown – Glenn Coleman

Langue : Anglais

Retour sur l'une des plus emblématiques marques américaines de vélo...

Pour des générations d'américains, il n'y avait pas de meilleur vélo qu'un Schwinn.

La compagnie, fondée en 1895 par Adolph Arnold et Ignaz Schwinn à Chicago (à l'époque nommée « The Arnold, Schwinn & Company of Chicago »), de par sa qualité de conception et son innovation, a eu une influence conséquente sur le marché du cycle nord-américain une bonne partie du XXe siècle.

Ignaz Schwinn, dont le nom de famille est devenu un acronyme de vélo là-bas, arriva aux États-Unis avec pour simple richesse son savoir-faire en terme de manufacture industrielle, acquis en tant qu'ouvrier immigrant apprenti machiniste dans les usines allemandes.

Entre 1900 et 1930, Schwinn a produit approximativement 45 000 vélos chaque année, dans un marché très fluctuant et dont la Grande Dépression a vu de nombreuses usines du secteur fermer leurs portes pour de bon.

L'influence de Frank W. Schwinn va définitivement façonner la manière dont on conçoit un vélo aux États-Unis. Il pousse les fabricants de composants à concevoir des pièces plus solides et plus durables, il introduit les gardes-boues ou encore les fameux pneus ballons.

En 1941, ce sont plus de 340 000 vélos qui sortent des lignes de production Schwinn, et en 1950, un vélo sur quatre fabriqué aux USA est un Schwinn ! Le modèle haut-de-gamme Black Phantom va vite devenir un must-have chez les minots de cette période, avec ses détails chromés et sa garantie à vie.

L'influence de Schwinn a également beaucoup changé la manière de vendre les vélos. En 1948, terminé les vélos vendus dans les grandes chaînes de magasin, Schwinn veut se servir de sa réputation pour vendre autrement. S'en suit alors une politique marketing et commerciale très agressive. La compagnie pousse les détaillants à faire allégeance à leur marque et à vendre exclusivement des modèles Schwinn à leur clientèle. Elle se concentre aussi sur le levier publicitaire, en utilisant les étoiles montantes du moment pour faire la promotion de leurs modèles

1963 voit l'introduction de l'iconique modèle Stingray, une réponse directe au non moins célèbre  Raleigh Chopper qui cartonne chez les jeunes, avec son guidon en hauteur et son siège banane.

 Mais ce succès se révélera malheureusement éphémère. Alors que Schwinn s'imposait comme la marque qui comptait dans les années 70, une usine vieillissante et une direction réticente à embrasser les tendances alors naissantes du BMX et du VTT, auront eu raison de cette réussite.

En 1993, la société est revendue et quittera le marché du vélo haut-de-gamme pour celui de la grande distribution. Pour autant, la marque semble depuis quelques années renaître petit à petit de ses cendres sur le sol US.

Extraits de l'article paru sur le site : Weelz.frhttp://www.weelz.fr/fr/velo-urbain/2015/04/14/histoire-sc...et avec son accord.

Des catalogues de cette marque sont également consultables ici : http://schwinncruisers.com/catalogs/

1996- 350 pages –Éditeur : Henry Holt & Co –

 

19:24 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Écologie-Politique-Économie, Histoire, Les États-Unis du Nord | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Écrire un commentaire