Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2017

Blondin Antoine

 

Blondin-couverture.jpgSur le Tour de France

Auteur : Antoine Blondin

 

«Ainsi, peu à peu, chaque détour de la route, chaque lacet de la montagne, finit par appeler l'écho d'un exploit et la figure d'un homme. Une nouvelle carte de France se dessine à l'intérieur de l'autre, dont les provinces sont aux couleurs des champions qui s'y sont illustrés, qui les ont illustrées. La mémoire des Anciens, fidèles et fervents, ne serait peut-être pas hostile à ce que ces champs de bataille soient baptisés du nom du rouleur ou du grimpeur qui a trouvé là l'occasion de s'accomplir. Des Vosges aux Pyrénées, sans oublier le Massif central et l'Enfer du Nord, nous verrions s'ouvrir des boulevards Bobet, des avenues du Président-Anquetil, des cours Raymond-Poulidor. Mais le meilleur est sans doute encore d'attacher sa réputation à la conquête d'une victoire d'étape.»

 

Fils unique de parents bohèmes, Antoine Blondin (1922-1991) a connu la notoriété dès la publication de son premier livre, L'Europe buissonnière, couronné en 1949 par le Prix de Deux Magots. Se partageant entre le journalisme - il fut le chantre du Tour de France des années 1950 à 1980 - et la littérature, ce voyageur sans bagages a laissé cinq romans, tous publiés aux Éditions de la Table Ronde.

 

2016154 pages – La Table Ronde – La petite vermillon. Blondin-couverture1979.jpg

Prix : 7,10 €

Cet ouvrage est une nouvelle édition d'un livre paru en 1979 chez Mazarine.

 

15:14 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer

Commentaires

Un livre absolument merveilleux. C'est un gâchis extraordinaire, occasionné par l'imbécile mépris social des cultureux, que toute l'éblouissant journalisme sportif de Blondin, qui était de la plus haute littérature, et quelquefois même de la philosophie - car Blondin était professeur de philosophie, évidemment - soit passé à la trappe, comme ça, sans aucune raison valable.

Il faut relire les chroniques de Blondin! Ses pages sur Louison Bobet, sur Poulidor... extraordinaire.

Écrit par : eric | 27/02/2017

Écrire un commentaire