Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2017

Bonnefond Jean

 Bonnefond-couverture.jpgDemain d'autres viendront

Auteur : Jean Bonnefond

 

à Vélocio... l'amour de Florence sauvera-il Bertrand de la fatalité qu'il porte en lui ?

Le drame se noue sous les immenses sapins, avec quelquefois là-haut, taillée au couteau comme dans une chair vivante, la longue traînée du ciel.

- Adieu !

- A l'année prochaine !

Bon Dieu ! Qu'on a été content de se revoir ! Quelle grande famille que celle du vélo !

Tout à coup, Juste Rouquerolles s'arrête. Et si Mathilde avait raison ! … Bertrand qui n'était pas là.

Soudain lui apparut l'évidence d'une catastrophe.

Commentaire de Jean-Yves Mounier

 Conflits familiaux, concurrence amoureuse, relations professionnelles, rien de très original dans ce roman écrit en 1976 si ce n'est le milieu dans lequel il se déroule, celui des industriels du cycle de la région de Saint-Étienne et le site de son action principale, le col de Grand Bois, connu aussi comme col de la République et qui voit se dérouler tous les ans depuis 1922 une célèbre montée chronométrée connue sous le vocable de « Montée Vélocio » , en hommage à Paul de Vivie, alias Vélocio, apôtre de la polymultipliée à qui ce livre est dédié.

Ce roman est donc l'occasion de plonger dans l'ambiance des ateliers de constructions de cycles, de découvrir les réceptions organisées par la Chambre syndicale du Cycle, de partager la passion des cyclistes participant à cette épreuve sportive annuelle. Et de retrouver la trace de grands noms de la bicyclette comme le coureur et constructeur  André Bertin et Jean Bonnefond lui-même qui mit au point le célèbre tube Super-Vitus dans les Ateliers de la Rive, qui offraient ce livre à sa sortie.

 

228 pages – 1978 – Autoédition

16:20 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Romans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Écrire un commentaire