Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2019

Daullé Thierry

Bicyclette-couverture.pngUne bicyclette pour Lhassa

Auteur : Thierry Daullé

 

Cheng, étudiant à Shanghai, rêve de se découvrir lui-même en se lançant dans l’héroïque et interminable traversée solitaire de la Chine, du Pacifique jusqu’au Tibet, par la plus haute route du monde, sur une bicyclette qu’il s’offre à la suite de sa brillante réussite aux examens. Après bien des aventures, après avoir découvert les surprenantes réalités de son propre pays, parvenu enfin à Lhassa, il est aussitôt plongé dans un univers déroutant, fait de piété bouddhiste, du flot des touristes et de l’étrange relation entre Chinois Han et Tibétains. Rien ne se passe comme Cheng l’avait prévu.
Visitant un couvent de nonnes tibétaines, il croise le regard de l’une d’entre elles, la jeune et ravissante Jampa. Dès cette minute, plus rien ne sera plus jamais comme avant pour le jeune étudiant. Mais dans la Chine du Président Xi Jinping, peut-il vraiment se permettre de tomber amoureux fou d’une bonzesse ?
Peut-il imaginer un seul instant qu’il va pouvoir la ramener avec lui jusqu’à Shanghai, malgré sa condition de religieuse, malgré les autres nonnes, malgré les lamas, malgré le couvent, malgré les touristes, malgré les résistants tibétains, malgré la distance, et malgré l’implacable Police chinoise ?
Ce roman, au parfum des plus exotiques, nous emporte à travers la Chine profonde avant de nous plonger dans la réalité du Tibet d’aujourd’hui, totalement déconcertant, envoûtant, inquiétant, et le récit va nous tenir en haleine jusqu’à la toute dernière ligne.

 

Commentaire de Jean-Yves MOUNIER

Thierry Daullé est professeur de chinois, grand connaisseur de ce vaste et fascinant pays ; il nous fait, à travers ce roman, mi récit de voyage à bicyclette, mi quête amoureuse et identitaire, partager sa vision de la Chine tellement diverse et contradictoire qu'il vaudrait peut-être mieux l'appeler les Chines.
Quoi de commun entre la mégalopole de Shanghai, dans laquelle le héros de ce roman a toujours vécu, et les hauteurs tibétaines qui ont servi de cadre de vie à cette moniale qui va bouleverser la vie du jeune Cheng ? Ni mode de vie, ni aspiration religieuse, ni même projet d'avenir dans la société. Et pourtant, les deux jeunes personnes vont se rencontrer, d'abord via un innocent regard, puis s'aimer à distance avant d'envisager une vie commune qui leur sera finalement refusée.
La lecture de ce roman, si elle ne transcende pas les codes habituels du récit de voyage ni de l'histoire d'amour impossible, grand classique de la littérature mondiale, permet au lecteur de découvrir avec grande simplicité, mais authenticité, le quotidien des habitants de l'Empire du Milieu, sans oublier la « colonisation » des Hans sur les régions les plus reculées du pays et sa conséquence sur les traditions culturelles et religieuses des dites régions.
Le tout sans manichéisme, sans jugement de valeur, avec une distanciation rendant le propos tout à fait crédible malgré son caractère romanesque.
Dommage toutefois que ce livre n'ait pas fait l'objet d'une correction attentive, nombre d'absence d'espace et de mots rendant sa lecture parfois "légèrement pénible".

 

2019360 pagesLe Lys Bleu Éditions

Prix : 21,30 €

11:25 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Asie, Roman | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer

Commentaires

Un commentaire a été ajouté le 17/10/19 à cette fiche par Jean-Yves MOUNIER

Écrit par : Jean-Yves MOUNIER | 17/10/2019

Cher Monsieur Mounier,

Comme auteur, j'ai naturellement goûté la délicatesse et la subtile finesse de votre commentaire sur mon dernier roman "UNE BICYCLETTE POUR LHASSA". Et je vous en sais gré.
J'aimerais que l'amour du vélo et de la littérature se rejoignent plus souvent pour faire tandem.
Comme cycliste, je suis touché de voir que vous n'oubliez pas de lâcher d'une main votre guidon pour enrichir ce que j'oserai appeler le "feu de camp" culturel de votre blog.
Je vous adresse mes chaleureuses et sincères pensées.
Thierry Daullé

Écrit par : Thierry Daullé | 18/10/2019

Écrire un commentaire