Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2019

Béoutis Didier

Lanternes rouges-couverture.jpgLes lanternes rouges du Tour de France... dans tout leur éclat

Auteur : Didier Béoutis
Préfaces de Jacques Augendre et de Serge Laget

 

Les Lanternes rouges du Tour de France… dans tout leur éclat évoque l’histoire de la lutte pour la place de dernier du Tour de France cycliste, popularisée par les journalistes depuis les années 1910 sous le terme de « lanterne rouge », en référence au signal de même couleur marquant la fin des convois automobiles et ferroviaires, puis, par opposition au « maillot jaune ».
La course vue de dos ! Encouragée par le public et les journalistes -mais vue d’un mauvais œil par les organisateurs de l’épreuve- il existe une lutte discrète, mais réelle pour la place de dernier du Tour de France, gage d’une certaine médiatisation et de contrats dans les critériums d’après-Tour, et ce, parfois en utilisant des « coups fourrés » (simulations d’incidents mécaniques ou de blessures...).
Des coureurs pittoresques, comme Zaaf, Hoar ou Chaussabel, ont contribué, dès les années 50, à la popularité de l’officieuse « lanterne rouge ». Des duels mémorables ont opposé notamment Matignon à Wilhelm (1969), Blocher à Hochart (1973) ou Tesnière à Schönbacher (1979-80). De bons coureurs (Groussard, Chappe, Glaus, Jacky Durand…) ont été « lanternes rouges ».
Victime, à partir des années 1980, de la mondialisation du Tour, la « lanterne rouge » revient en force, ces dernières années, avec, notamment, le Chinois Cheng Ji (2014), ou, en 2018, le Texan Lawson Craddock, qui blessé dès le premier jour, a terminé dernier, à l’énergie, après avoir ouvert une souscription sur Internet lui permettant, au fil des étapes, de financer la reconstruction de son vélodrome de Houston.

 

2019 156 pagesAutoédition

Prix : 23 € ou 25 € directement chez l'auteur : 40 avenue d'Italie, 75013 Paris

 

Haut-fonctionnaire, président de l’Académie du Maine, Didier Béoutis est historien de sa province et, aussi, du cyclisme. Il est l’auteur notamment des biographies d’André Le Dissez (2014), Raymond Mastrotto (2015), Julio Jiménez (2016), Henry Anglade (2017), Marcel Queheille (2018), André Darrigade (2019), et du Duel Anquetil-Poulidor (2018).
Pour en savoir plus sur cet auteur, voir la fiche que lui consacre le site « Les auteurs du Maine et du Loir ».

Lanterne rouge-Max Leonard-couverture.jpg

 

Sur le même sujet, voir également "Les derniers du Tour de France" de Werner Verhulst.

Nos lecteurs anglophones pourront lire avec profit l'ouvrage de Max Leonard "Lanterne rouge : The last man in the Tour de France" publié en 2015 et récemment réédité.

16:48 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Tour de France cycliste | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Écrire un commentaire