Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2020

Le Breton David

En roue libre-couverture.pngEn roue libre
Anthropologie sentimentale du vélo

Auteur : David Le Breton

 

Comme la marche, le vélo est un pied de nez aux valeurs ultralibérales de nos sociétés contemporaines. Il appelle à la sensation du monde, à la lenteur, à la nonchalance, au sentiment d’être vivant. Il immerge en permanence au sein de la sensorialité du monde, aux odeurs, aux paysages, aux sons environnants. Il est aussi une manière tranquille de réenchanter la durée et l’espace. Il conduit le cycliste là où il souhaite aller, à son rythme, sans craindre les retards, sans tourner en rond pour se garer.
La bicyclette est riche d’une histoire plus que séculaire. Elle accompagne les mouvements sociaux, alimente la sociabilité différemment selon les époques. L’enthousiasme des premières décennies qui mobilisait plutôt les milieux privilégiés cède à l’engouement des milieux populaires jusque dans les années cinquante, puis à une longue éclipse dû à la saturation des villes et des routes par la circulation automobile. Ces dernières années, le vélo est utilisé par une population de plus en plus nombreuse et diverse qui réclame des pistes cyclables, des ateliers de réparation, un partage pacifié de la voirie. Devenu un emblème de l’écologie politique, le vélo combine activité sportive, plaisir de circuler tranquillement et errance joyeuse. La dévoration urbaine par l’automobile est ressentie de plus en plus vivement. La vélorution est en selle et pédale hardiment, elle est la promesse d’une ville hospitalière.

 

2020216 pagesÉditions Terre urbaine, collection L'esprit des villes

Prix : 19 €

10:27 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Pratiques urbaines | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Écrire un commentaire