Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2021

Fallet René

Journal-couverture.jpgJournal de 5 à 7
1962-1983

Auteur : René Fallet

 

Il y a le talent – cette explosion selon René Fallet – et le « savoir-faire » qu’on apprend à l’école ou à l’établi. Il avait les deux, une prédisposition au talent que la passion pour l’écriture amena à son meilleur niveau.
Il y a la vie et il y a le « savoir-vivre » qui ne signifie pas la vie avec un mode d’emploi mais, selon René Fallet, l’expression d’une hypocrisie généralisée à laquelle il tourne résolument le dos.
La littérature lui tient lieu de savoir-vivre. Grave erreur de sémantique. Selon ses propres notes, il se déchire avec entrain dans tous les barbelés que crée son imagination, il s’ennuie mortellement entre deux pages et s’ennuie déjà moins quand il écrit qu’il s’ennuie. Son goût pour la chose écrite avec grâce, qu’elle qu’en soit le sujet, littéraire, poétique, vélocipédique, footballistique ou halieutique, occupe une grande partie de son temps mais il s’ennuie dès qu’il lève les yeux de son pupitre. Alors il tombe amoureux, et croyant vivre un grand amour, il se prépare de tout son cœur à survivre dans ses décombres.
Bref, il ne sait pas s’y prendre avec la vraie vie et ce n’est pas pour rien qu’il écrit en lettres géantes sur le mur de sa chambre « La vraie vie est absente ».
Paradoxalement, rien ne ressemble plus à la vraie vie que ces 450 pages de littérature singulière, inconvenantes, surprenantes et si parfaitement honnêtes…

 

2021461 pagesÉquateurs

Prix : 21 €

 

De et sur René Fallet, voir également « Le vélo » et « Splendeurs et misères de René Fallet », tous deux présentés sur ce blog.

12:10 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Autobiographie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Écrire un commentaire