Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2012

Cornali Karim

 

cyclotourismeLes génies du fleuve Sénégal

Auteur : Karim Cornali

« Tandis que mon regard se perdait parmi les oiseaux et les fées, je fus pris tout d’un coup à l’âme et au corps... Tout m’apparaissait clairement et le tramway qui se vidait peu à peu au fil des stations poursuivait sa lente glissade dans le matin calme. C’est là, parmi les feuilles jaunes et rouges des platanes qui se mêlaient aux nuages ensoleillés, qu’apparut ce désir irrépressible, inébranlable, de faire un grand voyage. {...}

{...} Depuis  quelques années, un cycle de malheurs s’abattait sur ma famille. Chacun a ses épreuves. On se tournait vers le passé pour se remémorer les beaux jours... Mais j’avais la vie devant moi, et je comptais bien la vivre pleinement. Moi, je serais un grand chanceux de la vie. Je ferais de nombreux voyages. Je vivrais centenaire. Non seulement ma vie continuerait d’être belle comme elle l’avait toujours été auparavant, mais mieux encore, elle verrait se réaliser des rêves que je n’avais jamais osé imaginer.

Je me souviens, je suis descendu du tramway transfiguré me disant à moi-même : «  Je partirai. En ayan réussi dans la vie (comme on dit) ou pas. Pauvre ou riche. Je partirai. Que j’aie une femme ou non. Que ce soit le moment ou pas. Bien portant ou malade comme un chien. Car je n’en ai plus le choix. Je partirai. C’est une question de vie ou de mort. Je n’en peux plus de ne pas partir. Je partirai. Je partirai... »

-2011- 234 pages - Artisans-Voyageurs-Éditions.

Site : www.artisans.voyageurs.com

Prix : 20€

17:56 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Afrique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer

Commentaires

Dès les premières page du livre, le ton est donné « J'ai soif de découverte, soif de vie, soif de poésie » ; plus loin : « je ne peux pas vire sans créer ». Si Karim prend sa bicyclette et s'en va pédaler le long du fleuve Sénégal, ce n'est pas par souci de performance sportive, ce n'est pas pour faire un break ou oublier les vicissitudes de l'existence, c'est juste pour être, pour se retrouver en tant qu'être humain empli du souffle de la création, création poétique, création littéraire – Écrire est un de ses leitmotivs – création musicale, créations décrites avec beaucoup de sensibilité et force de conviction dans ce récit de voyage qui dépasse largement les limites que se fixe parfois les adeptes du genre.
Licencié de philosophie, ex futur prof, l'auteur s’aventure sur les traces de son passé – il a vécu de nombreuses années d'enfance au Sénégal – et va y découvrir ce qu'il est vraiment et ce qu'il veut faire de sa vie future : un Éveil à soi-même comme le proclame le premier vers d'un poème qui rythme la lecture de ce passionnant témoignage.
L'écriture est ample, le souffle est souvent lyrique et l'amour des mots transparaît à travers chaque description, à travers chaque rencontre, chacune plus sensible et humaine que la précédente. Le voyage n'est alors plus que prétexte, les génies du fleuve deviennent maîtres de la situation et lorsque le lecteur referme le livre, il sent un grand vide autour de lui, comme si son esprit était resté là-bas, victime d'un charme soigneusement distillé par quelque marabout local. Comme si il y avait en nous, comme en Karim, « un peu de peul » ?
Depuis son retour, Karim a créé Kahel, une nouvelle revue bisannuelle qui accueille les mots des voyageurs d'aujourd'hui, on y retrouvera entre autres Damien Artero et Pauline Masson dans le domaine du voyage à vélo ainsi que de nombreux poèmes et textes inédits, traduisant si besoin en était encore, l'amour de Karim pour les mots. À voir ici : http://kahelrevue.overblog.com/

Écrit par : Jean-Yves MOUNIER | 27/11/2013

Écrire un commentaire