Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2013

Courtet Nathalie

cyclotourismeAux portes de l'Orient, L'Asie à vélo couché I

Les routes de la démesure,L'Asie à vélo couché I I

Auteure : Nathalie Courtet

Le premier tome de ce récit de voyage en couple sur vélo couché est la nouvelle édition du récit du même nom paru en 2010 et publié alors aux Éditions du Belvédère ; une présentation en est faite sur ce même blog.

La maquette en a été profondément modifiée et le texte en grande partie retravaillé, l'amateur de récits de voyage peut donc l'aborder comme une nouveauté et on y retrouve ce qui avait fait le charme de cette lecture originelle : humour, précision des descriptions des lieux ou des rencontres, réflexions sur le voyage et sur la vie afin que « chaque jour apporte sa dose de miel ».

cyclotourismeUn an après ce voyage inaugural, Nathalie et Michel, son mari, repartent pour 8 mois à travers les steppes kazakhes, histoire de se mettre en jambes gentiment, puis sur les routes parmi les plus hautes de la planète du côté du Tadjikistan, de la Chine, du Pakistan et du nord de l'Inde. Ce périple pour le moins original et physiquement éprouvant va être l'occasion pour le lecteur d'être entraîné au cœur de « l'action » et il est bien difficile pour lui de poser le livre une fois celui-ci ouvert... Grâce à la qualité de l'écriture de Nathalie, le lecteur évolue au rythme des voyageurs, lent, attentif et précis, une sensation de bien-être et de complicité s'installe, comme si Nathalie nous avait réservé une petite place dans ses sacoches « pour partir caresser la terre » !

Comme dans le premier tome, les galères et les hauts faits sont légion, l'auteure sait les aborder avec recul et humour même si, parfois, c'en est trop et le découragement gagne comme en Inde ou au contact du tourisme organisé qui pervertit les relations humaines. Ces moments difficiles sont en quelque sorte le carburant de Nathalie dans son écriture – « La galère et la souffrance sont une bonne source d'inspiration » - et en refermant le livre, le lecteur, tout étonné d'être déjà arrivé à bon port, se dit que ce carburant est vraiment du super de première qualité !

Un troisième tome de cette véritable saga familiale - « De la jungle birmane à la taïga russe » - est annoncé pour le 15 mai 2013 chez Phébus, gageons sans prendre trop de risque que ce nouveau récit inscrira définitivement Nathalie Courtet parmi les grandes écrivaines voyageuses.

                                                              Jean-Yves MOUNIER

http://www.migrationsenbent.fr/

 Tome I : 2012 – 348 pages – Phébus littérature française – 21 €

Tome II : 2012 – 387 pages - Phébus littérature française – 23 €

Livres lu et apprécié par le comité de lecturedu blog.

18:52 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Asie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Écrire un commentaire