Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2012

Duquénois Louis

cyclotourismeÉté 1901 - Aventures d’un cycliste à Madagascar -

Auteur : Louis Duquénois

J’étais, comme on dit, parti  de France sur la foi des traités : au journal

officiel de la colonie, j’avais vu que le gouverneur général avait inauguré en automobile la route de Tananarive à Tamatave le 1er janvier précédent . Fort de cette indication, j’avais résolu de faire une grande partie de mon voyage dans l’intérieur au moyen de la bicyclette et de ne me servir des porteurs que dans les cas d’absolue nécessité. Où passe une automobile, m’étais-je dit, passera bien une bécane. Et c’est ainsi que je débarquai au port en compagnie de ma machine... avec la ferme conviction que j’allais y trouver une route convenable.

      j’ai parcouru le pays de l’Est à l’Ouest. J’ai couvert la plus grande partie de ce trajet - environ sept cents kilomètres sur mille - au moyen de la seule bicyclette et je puis dire, d’ailleurs sans fatuité et simplement pour prendre date, que je suis le premier voyageur qui ait traversé l’île, en un temps très limité, par ce moyen de locomotion.

     Ce volume sera donc la partie anecdotique, amusante , mouvementée et absolument authentique de ma longue course à travers la brousse et le désert. Comme le disait si aimablement un de mes amis dans une chronique récente, «  tout chargé de mission qu’on soit, on ne voyage pas, en effet, pendant quelques mois dans Madagascar sans avoir des aventures, sans découvrir des traits nouveaux et particuliers des mœurs locales. »

                                                                            L. Duquénois

 Les réflexions de Duquénois, en nos temps troublés où les migrants sont rejetés, nous rappellent qu’alors nombre de Français s’expatriaient espérant échapper aux misères.Nous en voulons pour preuve ceux qui, pleins de regrets pour la terre natale, demandent à l’auteur de la saluer pour eux quand il sera de retour. Nul ne quitte sa patrie de gaieté de cœur...

Republier ce texte - aujourd’hui introuvable sinon auprès de quelques collectionneurs, texte écrit avec talent qui lui a permis de traverser le siècle sans que sa lecture perde de son intérêt tant anecdotique qu’historique, s’imposait. L’intégrer dans la collection Les vélocipédiques publié par Artisans-Voyageur était évident.

                                                                              Ph. Orgebin

-2011- 264 pages - Artisans-Voyageurs Éditeurs, Saint-Germain-des-Prés

- www.artisans-voyageurs.com -

Prix : 19 €

Livre lu et apprécié par le comité de lecture du blog 

16:54 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Afrique, Madagascar | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Écrire un commentaire