Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2012

Pellequer Grégoire

cyclotourismeAlors je suis arrivé dans une ville, et puis j’ai pas trouvé l’camping

Auteur : Grégoire Pellequer

« […] une histoire pareille débute, je vous le donne en mille, par l'acquisition d'un vélo ! Tout cela a commencé il y a un peu plus de deux ans : fin juin, je suis rentré de ma vie lyonnaise et me suis enfermé chez ma grand-mère […] Devant chez cette dernière, vous savez ce qu'il y a ? Il y a une route ! Et pas n'importe quelle route, La route de Bénodet ! Vous, chers lecteurs, terriblement passionnés par mon histoire, vous ne savez pas ce qu'est La route de Bénodet ? Et bien je vais vous le dire : c'est une route très très dangereuse, où passent plein de voitures qui vont très très vite ! Du moins, c'est ce qui nous avait été seriné depuis l'enfance. Petite histoire : je suis né avec des problèmes psychomoteurs, et ma mère m'a toujours très protégé, de peur qu'il m'arrive un truc, donc, faire du vélo sur la grande route, avec toutes ces méchantes voitures, vous vous rendez compte ?

J'ai été obligé d'utiliser la ruse ; je suis allé voir le voisin, célèbre artiste artisan, bijoutier, tailleur de pierre, moustachu, bonbons Haribo, cacahuètes ! On le nommait Pierre TOULHOAT – « Tonton Pierre » dans la famille –, et on le nomme encore ainsi d'ailleurs ! Alors je suis allé le voir, et je lui ai parlé de ma future acquisition d'un vélo, comme ça, dans la conversation…, il m'a emmené faire tous les magasins de vélo de la ville ; lui-même, quand il avait commencé à travailler, avait dû emprunter à vélo La route de Bénodet ! La fameuse route de Bénodet, je n'y tenais plus, il fallait que je l'essaye, c'était plus fort que moi ! »

Un été, enfourchant sa bicyclette, Grégoire est parti de Bretagne pour s’en aller visiter l’Espagne et le Portugal.

Traité de manière peu « orthodoxe », ce récit, plein d’humour, de spontanéité, de sensibilité, est une jolie leçon d’optimisme.

-2011- 140 pages - Artisans-Voyageurs Éditions -

Site : www.artisans.voyageurs.com

Prix : 17 €

 

17:56 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Écrire un commentaire