Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2015

De Smaele Gérard

cyclourismeLe cyclisme dans les livres et les revues
Entre deux expositions universelles (Paris, 1867 – Bruxelles, 1958)... et après

Auteur : Gérard De Smaele
Préface : Keizo Kobayashi et Isabelle Lesens
Postface : Jean Durry

 

Jean Durry (1973) et Keizo Kobayashi (1984), dans la ligne desquels s’inscrit résolument l’auteur, avaient ouvert la voie. Quelque quarante et trente années plus tard, Gérard De Smaele va plus loin. Son exploration cycliste à travers « les livres et les revues » creuse le sujet et l’enrichit.
Car, non seulement il actualise et internationalise une bibliographie déjà abondante, usant avec bonheur des multiples sites offerts désormais par l’outil informatique venu prolonger et compléter la voluptueuse manipulation en première main des originaux des ouvrages – ce qui donne à tous l’accès aux rayons de multiples bibliothèques et collections privées, dont la sienne propre -, mais encore, il la développe et la nourrit chronologiquement, par l’analyse commentée de soixante-trois titres essentiel sur l’histoire du cycle et du cyclisme.
Au-delà d’un remarquable instrument, délibérément « sélectif », pour les chercheurs et les passionnés, ces notices, approfondies et foisonnant de précision inédites, témoignent avec originalité de l’amour d’un cycliste fervent, « quotidien et sincère », pour cette petite merveille qui n’a pas fini de rouler : la bicyclette.

Gérard De Smaele est cycliste dans l’âme car il préfère les sentiers aux autoroutes. C’est le fil rouge d’un parcours de poète opiniâtre et libre. Professeur d’éducation physique, jongleur à ses moments perdus, il se fit musicien par la grâce d’une passion pour le banjo, instrument qu’il connaît par cœur. Poursuivant un itinéraire nomade, il se lança dans la restauration d’œuvres d’art, sans jamais s’éloigner de son banjo ni de son vélo. Atypique ? Pas plus que Maurice de Vlaminck, violoniste qui se mua en cycliste professionnel, avant de devenir peintre. Ainsi va le refrain d’une vie, il faut se perdre souvent pour se trouver.

         Marcel LEROY
Ancien journaliste au journal Le Soir

 

2015 – 292 pages – Éditions l’Harmattan 

Prix : 31 €

Lu et apprécié par le comité de lecture du blog

17:46 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Histoire | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer

24/03/2015

Robin Francis

cyclourisme

Première randonnée mondiale à Vélocipède :

           Le Paris-Avignon des Frères OLIVIER et Georges de La Bouglise

                                                    1865                                                                                      

Auteur : Francis ROBIN

Ce dossier de La Vélocithèque N°54 est certainement une gageure : il se propose de reconstituer par l’écriture le premier voyage vélocipédique de l’histoire, voyage qui, au mois d’aout 1865, mena ses auteurs de Paris à Avignon en passant par Lyon et Tullins (Isère). Soit une distance de près de 750 kilomètres parcourus par les deux premiers vélocipédiste du monde : les frères Aimé et René Olivier, associé au départ avec un de leurs compagnons d’études et d’aventure,

Georges de La Bouglise.

Or le récit de ce voyage n’a jamais existé ! Ce qui permet de dire qu’il appartient à la protohistoire plutôt qu’à l’histoire, - sinon à la légende – vélocipédique !

Voilà pourquoi nous parlerons allégoriquement de « palingénésie ». D’autres se sont – vaillamment ! – chargé de redonner vie à l’événement pédales aux pieds, le ressuscitant donc (c’est le sens premier du mot palingénésie) en le renouvelant. Francis Robin, lui, a choisi l’écriture pour l’exhumer du passé et le ramener au jour.

Car l’insolite est que, à notre connaissance, ce voyage d’un genre totalement nouveau, et qui traversait la France du Nord au Sud, passa complètement inaperçu en son temps, aucun des correspondants de la presse locale de l’époque ne daignant lui consacrer la moindre ligne !

A une (essentielle !) exception près, tous les témoignages dont nous disposons sont donc ultérieurs, la plupart de provenance familiale, émanant des auteurs même de cette expédition, ou de leurs proches. Et ils ont souvent un caractère revendicatif qui ne va pas sans susciter, voire nécessiter, une certaine circonspection de la part des observateurs.

Heureusement, deux ou trois ans après le voyage, à l’occasion de la première vague vélocipédique survenue en France (et donc dans le monde), quelques articles de journaux y font allusion. Mais la reconstitution, 150 ans plus tard, de cette moderne « odyssée » n’en reste pas moins elle-même une aventure dans laquelle Francis Robin n’a pas craint de se lancer ! Pour notre plus grand intérêt à tous bien sûr, mais aussi dans celui de la grande histoire du vélo...

Francis Robin ne prétend pas être un nouvel Homère, mais c’est un chercheur scrupuleux, et pour bien garder le cap dans cette équipée, il lui fallait évidemment s’appuyer sur un bon équipement, à savoir les rares archive contemporaine ou de première main, et un bon équipage, celui de La Vélocithèque par exemple ! au sein duquel on doit citer les précieux Keizo Kobayashi, David Herlihy et Bernard Gougaud.

Mais il eut aussi le privilège de rencontrer le soutien de Bruno Olivier  de Sanderval, descendant direct de la dynastie des grands pionniers lyonnais, et décédé depuis, en avril 2013. Un grand merci à eux tous.

Carle résultat est ce dossier, unique en son genre, à la fois document et monument, en hommage aux véritables inventeurs de la Vélocipédie, c’est-à-dire, finalement, aux responsables de l’adoption définitive du vélo par le monde entier, comme solution pratique à tous les usages (transport utilitaire, promenade, voyages, tourisme, loisir, sport...).

A ce titre, nous ne doutons pas que ce fascicule figurera lui aussi (comme le “traité de cyclonymie“ de Francis Robin, dossier N°42 des cahier de Vélocithèque) dans le thésaurus national, voire international, de la bibliographie vélocipédique !

Ce qui justifie largement que nous lui renouvelions ici, au nom de l’association, à la fois notre gratitude et nos félicitations.

Bonne odyssée à tous !                       Gérard Salmon

 

Pour vous procurer ce dossier écrivez : La Vélocithèque – Le Bois – 69590 Pomeys. Courriel : gerard.salmon@worldonline.fr

Prix : 15 € + 3 € de port= 18€

 

Pour commémorer le premier voyage en vélocipède de l’histoire du deux roues dans  le monde du 8 au 23 Août 2015

Alain Cuvier et Keizo kobayashi  vont refaire le même voyage 150 après.

 www.youtube.com/watch?v#1C71A3F

http://velocipedistes.com/liens/

 

04:15 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, France, Histoire | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer

18/03/2015

Murphy Dervla

cyclourismeTHE UKIMWI ROAD

From Kenya to Zimbabwe

Dervla Murphy must be the toughest female travel writer of our age.  One turns the page only twice in this latest book before finding her beaten by club-wielding paramilitary troopers as she flees a protest rally in Nairobi.  And almost its final image is of her alone in the middle of the Zimbabwean bush, 40 miles from the nearest doctor, exhausted, prostrate, head cushioned on an elephant turd - all the consequence of a severe malaria attack.  Yet, the 3,000 miles between these two fraught moments were covered on a bicycle which she bought on her 60th birthday. . .

http://www.dervlamurphy.com/theukimwiroad.html

1993- 288 pages -

 

cyclourismeSouth from the LIMPOPO

TRAVELS THROUGH SOUTH AFRICA

When Dervla Murphy first pedalled across the Limpopo she fancied that she ‘understood’ South Africa’s problems because for more than forty years she had – from a distance – taken a particular interest in them.  Twelve hours later that illusion was shattered.

South from the Limpopo reflects her moods of confusion and elation, hope and disappointment as she tries to come to terms with a country even more complex and fractured – but also more flexible – than she had expected.  Her journey of over 6,000 miles took her through all nine provinces of the new South Africa.  From remote impoverished ex-homeland villages, to the luxurious homes of rich whites, the scruffy homes of poor whites and in the black township of Khayelitsha, Dervla experienced the contrasting social conditions of South Africa’s people.  Dervla Murphy bicycled alone through this extraordinary and haunting nation during a period of great uncertainty and tumultuous change (before, during and after the elections) with her remarkable ability to mix and share with people of all colours, creeds and political persuasions, she provides a unique perspective on South Africa with its apparently insoluble problems and desperate inequalities – a country she truly came to love.

1997- 432 pages –

http://www.dervlamurphy.com/southfromthelimpopo.html

 

cyclourismeFULL TILT : Ireland to India with a bicycle

When Dervla Murphy was ten, she was given a bicycle and an atlas, and within days she was secretly planning a trip to India. At the age of thirty-one, in 1963, she finally set off and this book is based on the daily diary she kept while riding through Persia, Afghanistan and aver the Himalayas to Pakistan and India.

Alone woman on a bicycle (with a revolver in her trouser pocket) was an almost unknown occurrence and a focus of enormous interest wherever she went. Undaunted by snow in alarming quantites, and using her .25 pistol on starving wolves in Bulgaria and to scare lecherous Kurds in Persia, her resourcefulness and the blind eye she turned to personal danger and extreme discomfort were remarkable.

2010- 256 pages – Éditions ELAND  www.travelbooks.co.uk/b#1DB0C97

Prix : £ 12.99

 

cyclourismeExtrait de l’article paru dans “Cycle ! magazine 3 “ www.rossolis.ch   

DERVLA MURPHY, UNE PENSÉE EN ROUE LIBRE

(photo: Dervla Murphy et Claude Marthaler)

Lismore, 27 juin 2014

 Nous sommes à Lismore, à quelques heures de route de Dublin et venons de frapper à la porte d’une grande dame, qui n’a pas perdu une once de passion en poursuivant son petit bonhomme de chemin. Elle nous accueille par une énergique poignée de main et un « Une bière ? ». S’éclipse et s’en revient, empoignant trois canettes fraîches, suivie par ses trois chiens,dont l’un s’appelle Guinness, comme la bière qu’elle apprécie. Dervla prend le temps de recevoir, avec le sourire et à la bonne franquette. Elle n’est pas du genre à s’embarrasser de formalités. Pain maison, olives, bière et ginger ale. Tout y est brut et délicieux à la fois, sans manières ni faux-semblants. Le thé aussi coule à profusion, Dervla veille à ce que nos verres soient pleins. Il fallait s’y attendre, la conversation nous entraînera loin de Lismore, très loin et dans toutes les directions. Elle est comme ça Dervla. Intrépide, émerveillée. Sacrée Dervla !

En matière d’interview, c’est elle qui me pose des questions, le regard vif, éclatant volontiers de rire, curieuse de tout, de connaître nos avis. Tempérament sanguin. La simplicité même liée à l’érudition. Cheveux courts, masculine. Sa voix rauque trahit un excès d’alcool, de cigarettes et de café. Elle tient sa révolte et son érudition de son père bibliothécaire, un fier indépendantiste, autrefois proche de l’IRA. Sa mère, malgré sa maladie dégénérative ne s’est jamais plainte et l’a beaucoup encouragée. « C’était ma grande ambition d’écrire. Il est important de savoir jeune ce qu’on sait faire et d’accepter ses limites. Je n’ai par exemple aucun talent pour les langues étrangères ou la photographie, qui ne sert que de notes à ma mémoire. »  « J’ai le privilège de vivre de ce que j’aime », ajoute-t-elle. « Avec l’âge, cela devient de plus en plus dur d’écrire. Ma fille me seconde et s’occupe de l’editing ».

Dervla s’émerveille en feuilletant mon livre de photos (Dans la roue du monde). Lorsque je lui demande ce qui fait un bon livre de voyage, elle n’évoque pas le style, mais dit simplement : « Pour un bon récit de voyage, il faut s’éloigner des routes. Moins on possède d’argent, plus on est en contact avec le pays. Lorsqu’on voyage seul, on est en totale dépendance, c’est un bon départ car on montre aux autres qu’on leur fait confiance. » À l’opposé de jeunes écrivains de voyage qui aiment à mélanger réalité et fiction, elle pense qu’un auteur de récits de voyage doit s’en tenir aux seuls faits. Mélanger fiction et réalité n’est pas une bonne idée, parce que les générations futures risquent de prendre ces récits comme des témoignages historiques. Ou alors, il faut clairement avertir le lecteur. En effet, donner de l’importance à la mémoire est une question de responsabilité.                 Claude Marthaler

http://www.dervlamurphy.com/books.html

 

20:17 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Afghanistan, Afrique, Himalaya, Inde, Livre en anglais, Pakistan | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

CYCLE! magazine 4

cyclourismeCycle ! magazine 4

Sommaire :

3. ÉDITORIAL

4. PORTFOLIO – Max Peef

16. COL DU GOTHARD – Textes d’Albano Marcarini, photographies de Stefano Casati. Un col sur la via delle Genti

30. TOUS EN PISTE ! Jean Durry

Esquisse d’une histoire des vélodromes parisiens

42. VIGORELLI, BIEN PLUS QU’UN SIMPLE VÉLODROME

Marco Pastonesi

52. LEVELOPARK DE LONDRES – Lino Gallo

60. À LA RECHERCHE DES PICCIOTTI DE PALERME – Phil Gale

96. DU VÉLO PUBLIC AU VÉLO PARTAGÉ – Federico Del Prete

Développement et innovation du vélo public dans l’économie de partage

102. LES DIFFÉRENTES VIES D’UN CYCLISTE URBAIN – Textes de Gino Cervi, photographies de Lorenzo De Simone. Interview de Roberto Peia, coursier à vélo et « cyclo-patron »

108. PORTRAITS – DIDIER TRONCHET, DÉSAGRÉGÉ DE VÉLOSOPHIE

- Claude Marthaler.

110. LA JUSTE MESURE DU MONDE – Didier Tronchet

112. CHAMPIONNATS DU MONDE DES COURSIERS À VÉLO – Claude Marthaler

124. GÊNES : UNE IDÉE FIXE – Texte d’Albano Marcarini, photographie de Max Peef

137. GÊNES SELON ALESSANDRO BRUZZA – Textes d’Alessandro Bruzza, photographies de Max Peef

138. JUST ONE – Guido P. Rubino

144. LONDON CALLING – Lino gallo : course, association caritative  et Cycle !

158. BIBLIOCYCLE !

Illustrations de couverture (1er et 4ème) : Patrick Seabase par Phil Gale

14 € - vendu seulement en librairie – www.rossoli.ch - Abonnez-vous en ligne sur www.cyclemagazine.fr

 

 

02:21 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Magazines | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Pruvost Jean

cyclourismeÀ vélo ou à bicyclette, nom d’un tour !

Auteur : Jean Pruvost

 

Commentaire de Jean-Yves MOUNIER
Recenser les écrits liés à la « Petite Reine », que ce soit dans ses aspects historiques, techniques ou littéraires, telle est l'ambition de ce petit livre qui se dévore d'un bout à l'autre et apporte à son lecteur fasciné une foule de mots, d'expressions ou de citations qui, même si certaines ont déjà été largement citées, présentent un panorama très complet de l'univers du vélocipède, de la bicyclette, du vélo et autres formes qu'a pu prendre cet objet technique d'une surprenante simplicité mais dont la modernité n'est plus à démontrer.
Il faut dire que l'auteur de ce florilège est un passionné de la langue française, il collectionne les dictionnaires et en a lui-même publié plusieurs.
Ses sources sont donc variées et de qualité, ce qui rend sans conteste son travail autour du deux-roues non motorisé hautement recommandable à quiconque sait se délecter de la langue française en général et des écrits cyclistes en particulier.


Ce sérieux n'empêche pas d'apporter ici quelques précisions, déjà signalées à l'auteur : le néologisme « cyclotourisme » est à attribuer à Paul de Vivie, alias Vélocio en octobre 1889 (page 37) ; les paroles de la chanson attribuée à Carlos en page 88 sont de Boris Bergman, parolier d'Alain Bashung sur « L'arrivée du Tour » en 1986, il faut également lire « Tu tapines Hambourg ».
Enfin 2 acceptions du mot bicyclette sont à ajouter : comme geste footballistique et comme seau hygiénique dans l'argot des Poilus...

Malgré ces réserves, je conseille chaleureusement ce livre d'une grande richesse, particulièrement dans les extraits d’œuvres d'écrivains laudateurs de la bicyclette.

 

2014 - 144 pagesHonoré Champion

Prix : 9,90 €

Livre lu et apprécié par le comité de lecture du blog

01:07 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

12/03/2015

Marthaler Claude

cyclourismeHasta la bicicleta siempre !

Sulle strade di Cuba tra mito e realtà

Auteur : Claude Marthaler

Un nuovo viaggio in bicicletta del ciclonauta

Più famoso del mondo. Un reportage anticonvenzionale dove l’unica rivoluzione è quella della ruota della bicicletta. Le pedalate e lo qguardo poetico e indagatore di Marthaler dentro gli stereotipi dell’isola della rivoluzione. Di Cuba si è detto e si è scritto milioni di volte. È uno di quel luoghi cisi frequentati dall’immaginario collettivo – la letteratura, la musica, il cinema... – che la maggior parte della gente crede di saperme qualcosa, anche se non ci ha mai messa piede e mai ce lo metterà. Che cosa davvero sia questo “laboratorio della rivoluzione“ prova a raccontarcelo Claude Marthaler in questo suo reportage, in cui riesce, proprio grazie al passo lento e curioso della sua bicicletta, a entrare in intima empatia con le persone incontrate lungo il percorso e  a raccogliere le loro testimonianze

2015- 192 pages – Éditions Édiciclo – http://www.ediciclo.it    

Prix : 16,50 € 

19:05 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Cuba | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

08/03/2015

CYCLE! magazine 3

cyclourisme

Comme avec les deux précédents numéros de cette revue hors du commun, le charme opère dès les premières pages : un superbe portfolio en noir et blanc à la gloire de la bicyclette et du tatouage éphémère précède un très riche dossier sur la course « Bordeaux – Paris » présentée dans sa version sportive mais aussi comme l'occasion d'une flânerie bucolique sur les voies vertes charentaises ou d'une étude historique via la plume érudite de Jean Durry.

Car c'est bien là que se situe la vertu cardinale de Cycle Magazine : présenter un sujet sous tous ses angles, sans a-priori, en enrichissant toujours le thème de superbes photos qui lui apportent un plus et ne se contentent pas d'une simple illustration du propos !

Plus loin, les relations entre les cyclistes et leur bidon d'eau sont prétexte à de nouvelles pages qui font revivre de manière passionnante quelques haut faits de la légende des cycles.

La bicyclette en tant que machine n'est pas non plus oubliée, avec la présentation du musée d'art et d'industrie de Saint-Étienne, des cycles Victoire ou encore Rossignoli, mettant ainsi en avant le travail d'autres passionnés de la Petite Reine.

Le voyage à bicyclette est depuis le numéro 1 du magazine mis également en valeur, Claude Marthaler nous présente en avant-première son voyage à Cuba et nous incite à la lecture des récits – hélas en anglais – de Dervla Murphy, Florence Archimbaud et Sylvie Massart, bien connues des fidèles de ce blog, nous entraînent autour du monde avant que le lecteur ne referme Cycle Magazine sur un reportage de haute tenue et très dépaysant sur l'île de Groix.

À une époque où la crise de la presse papier est mise en avant pour expliquer la disparition de nombreux titres, la rédaction de Cycle Magazine prouve qu'en faisant preuve d'originalité (les sujets traités), d’exigence (la maquette, les photos) et de passion (qui transparaît à chaque page), il est encore possible de faire vivre un magazine qui deviendra à coup un classique dans quelques années.

                                                                   Jean-Yves MOUNIER

Sommaire :

4. PORTFOLIO

Véra Pandore

16. BORDEAUX-PARIS, LE GRAND RETOUR

Le renouveau d’une course mythique : 30 heures dans la roue de Silvi de Almeida.

34. LA COULÉE D’OC

Albano Marcarini – Les tentations de Bordeaux-Paris.

44. POUR UNE HISTOIRE DE BORDEAUX-PARIS CELLE QUI FUT « LA PLUS BELLE » - Jean Durry.

60. BIDONS, SEAUX ET FONTAINES

Textes : Gino Cervi – Photographies : Archivio Omega Fotocronache. Petite histoire de la soif dans cyclisme.

74. FABRIQUÉ EN France

Textes : Thomas Vust et Ella Mose – Photographies : Nicolas Joly et Thomas Vust.

96. VUELTA A CUBA EN BICI

Claude Marthaler : Confidences cubaines

110. DERVLA MURPHY, UNE PENSÉE EN ROUE LIBRE

Claude Marthaler.

114. ROSSIGNOLI

Texte : Marco Pastonesi – Photographies : Marcella Pastonesi – Les Rossignoli, une dynastie de « bicyclettistes » de Milan.

128. VIE ET PÉRIPÉTIES DE DEUX NÉOPHYTHES TOUT AUTOUR DU MONDE

Florence Archimbaud et Sylvie Massart

140. PETIT TOUR AU LARGE

Victor Juste – Le tour de l’île de Groix.

158. BIBLIOCYCLE !

159. ACTUALITÉS

2015- CYCLE ! magazine 3 – Rossolis – rue Montolieu 5, CH-1030, Suisse

www.rossolis.ch - Abonnez-vous en ligne sur www.cyclemagazine.fr  

14 € vendu seulement en librairie

 

14:38 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Magazines | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer

Hummel Marc

cyclourismeCarnet de voyage 2014

Auteur : Marc Hummel

Aventure 2014 intitulée 'A Suivre ...' que m'a mené de la porte du garage aux extravagances rocheuses de la Cappadoce en Turquie via le Kosovo et la Macédoine. Un voyage à vélo de 3700km en 45 jours aux multiples facettes et aux images tenaces qui j'espère vous ravira.

 

2015- 45 pages http://www.lulu.com

Prix : 19 €

10:40 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Kosovo, Turquie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer