Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2016

Lorette Philippe

cyclotourisme La saison commençait

Ballade pour Jean-Pierre Ducasse

Auteur : Lorette Philippe

1969, c’est l’âge d’or du vélo. L’âge d’or tout court. Ou bien est-ce déjà la fin ? Elle est finie la belle histoire avait chanté Petula Clark. C’est ce qui arrive le 19 février 1969 sur la Côte d’Azur avec la disparition soudaine, à vingt-quatre ans, du coureur cycliste Jean-Pierre Ducasse. Disparition synonyme de dépeuplement pour le narrateur, le gamin fan de son « JP », son champion rencontré à l’automne 63, à l’heure des promesses, sur les hauteurs d’Arcueil. Ma jeunesse fout l’camp regrettait Françoise Hardy, comme la jeunesse de Ducasse et de son fidèle supporter, comme la candeur de cette glorieuse décennie révélée à travers le prime du vélo.

« Les champions sont faits pour être aimés, les moins champions sont faits pour être aimés davantage. C’est bien une tranche de France populaire que ce livre nous propose, vue à travers le beau maillot amarillo du jeune Jean-Pierre Ducasse au sombre et vaillant destin. » Paul Fournel

Ado des années soixante-dix, charmé par Sylvie Vartan, enivré par The Who, Philippe Lorette – aujourd’hui journaliste – revisite les sixties (BB, le Général, Chapeau melon et bottes du cuir...), un peu pour comprendre et beaucoup pour se délecter de cette fascinante et insouciante époque des idoles. Ami fidèle de la petite reine, il a choisi le cyclisme comme vecteur météorique de son récit nostalgique.

Inclassable et prenant : Pour son premier ouvrage, Philippe Lorette transforme l’essai. Même le lecteur qui ne connaît rien au cyclisme et à Jean-Pierre Ducasse, espoir français tragiquement disparu en 1969 à seulement vingt-quatre ans, sera séduit par ce livre difficile à classer. Mêlant anecdotes intimes de l’auteur, séquences saisissantes de courses, dont le fameux Tour d’Espagne 1967, et dialogues imaginaires entre un sportif attachant et ses proches, la saison commençait nous transporte efficacement au temps du Général et de la télévision en noir et blanc.

Préfacé par Paul Fournel, écrivain, président de l’Oulipo, et lui-même grand passionné de cyclisme, ce voyage ne laissera personne indifférent.

                                                   ANC/ Arcueil notre cité N° 268 - Juin 2016.

2016- 142 pages – format 16 x 24 - Le pas d’oiseau éditions

Prix : 17 €

 

10:30 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, essais, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Écrire un commentaire