Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2019

Coissard B.

Coissard-couverture.jpgLes étoiles brilleront dimanche

Auteur : B. Coissard

 

Chez les Benoit, on est vélo.
Élevé depuis son plus jeune âge dans la religion du cyclisme, Loïc essaie tant bien que mal de dissimuler cette passion qu’il aime autant qu’elle lui fait honte.
Comment, de retour au bureau le lundi matin, assumer d'avoir passé la veille à suer sang et eau pour gagner des courses de clocher ? Dur de retrouver les moqueries de ses collègues après les encouragements ou les huées des fans des bords de piste...
Pourquoi alors s’obstiner à troquer son costume propret de citadin pour le lycra chatoyant du maillot le week-end venu ? Endurer souffrances et privations, préparations et entraînements, angoisses et pression de la compétition ?
Pour gagner. Gagner pour les Benoit. Gagner malgré les crevaisons et les sauts de chaîne, gagner malgré les côtes boueuses et les virages glissants... Gagner et monter encore une fois sur le podium pour enfin, étoile d’un instant, briller dimanche.

En trente-trois années de vélo, Benjamin Coissard n’a jamais réussi à vivre de la pédale. Avec entrain et talent, il s’apprête à faire de même avec la plume.
Les Étoiles brilleront dimanche est son premier roman.

 Commentaire de Jean-Yves MOUNIER

Pourquoi s'astreindre à porter des tenues en lycra fluo quand on est au lycée et que le regard des filles se détourne inévitablement des ces ploucs en sport-études vélo ?
Pourquoi rejoindre la passion familiale pour la petite reine quand on aime le football et Elvis Presley ?
Pourquoi endurer la souffrance des entraînements, des courses de clocher, des défaites bien trop fréquentes ?
Pourquoi se retrouver face à soi-même, son pire ennemi ?

Toutes ces questions, Loïc, le héros de ce roman, va se les poser tout au long de son enfance,adolescence et vie de jeune adulte, avant d'y apporter la seule réponse possible...
B. Coissard nous offre, à travers cette histoire haletante, une plongée au cœur des courses cyclistes du dimanche, au plus près de leurs participants et de leur public, nous montre combien ce sport peut être une passion dévorante, une véritable religion dont les rites ne sont pas tous ouvertement avouables... Il livre à notre lecture la symphonie des dimanches après-midi, examine le poids de la famille et de la fratrie dans les choix de vie avant de libérer son héros de toutes ces contraintes et lui faire suivre la première étoile, l'étoile du berger indiquant le cap.

Un roman qui se lit d'une traite et que je recommande particulièrement.

 

2018176 pagesÉditions de l'Éclisse

Prix : 14,90 €

15:39 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Romans | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer

Manzanini Arnaud

Rêves across America-couverture.jpgRêves across America

Auteur : Arnaud Manzanini

 

En 2015, Arnaud Manzanini s’est lancé sur la terrible et fascinante Race Across America (RAAM), épreuve ultra-cycliste de 4833 kilomètres d’une côte à l’autre et réservée à une élite hors norme, voyage aussi mais les dents serrées, combat contre la route, les éléments et soi-même, où la préparation physique et psychologique prend des dimensions herculéennes. Arnaud Manzanini raconte l’aventure, la lutte, les doutes, les détails qui font la différence. Il explore les limites de la résistance et donne à chacun un exemple stimulant pour tenter de se dépasser, mais aussi de poursuivre son objectif avec détermination.

Arnaud Manzanini est le Français le plus rapide sur la Race Across America , il est le fondateur de la Race Across France .


Commentaire de Jean-Yves MOUNIER

Attention, danger ! Lorsque vous allez ouvrir ce livre, il ne vous sera plus possible de le refermer avant la dernière page et vous aurez vécu une expérience hors du commun, au-delà de tout ce qu'il est donné de vivre au commun des mortels. Pas certain que vous en ressortirez indemne.
Vous allez entrer, en compagnie d'Arnaud Manzanini, dans le monde de l'ultra-cyclisme, un monde dans lequel tout est aboli, le sommeil, la fatigue, la douleur, voire la conscience de soi-même, un monde dans lequel ne compte qu'une seule chose : aller au bout de l'épreuve le plus vite possible, même si c'est au prix des sacrifices énoncés ci-dessus.
4833 km en douze jours, je vous laisse calculer la moyenne journalière, je vous laisse vivre au plus près cette « Race across America » dantesque, racontée avec beaucoup d’honnêteté par l'auteur.

 

2018108 pages – Éditions Rossolis

Prix : 19 €

15:14 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans États-Unis | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer

Delîle Cécile

Zola-couverture.jpgZola, l’amoureux

Auteure : Cécile Delîle

On connaît le romancier, le naturaliste, le journaliste, l’humaniste mais connaît-on Zola l’amoureux ? L’homme sillonne à bicyclette la campagne du côté de Médan avec son appareil photographique en bandoulière, pris entre deux cœurs… Celui de Jeanne et celui d’Alexandrine. Lequel choisir ? Il vacille, la route des sentiments est un chemin incertain qu’il a tant parcouru dans ses romans.
« Je fais le tour du jardin, les murs de la maison m’appellent, je rentre à l’intérieur et grimpe l’escalier du grenier. Enfin j’ose, j’ouvre la fenêtre, les volets, le soleil inonde le parquet et laisse flotter une lumière rosée. Alexandrine est sortie la première, la poitrine imposante et le regard lointain, puis Jeanne, la jolie Jeanne à la chevelure miraculeuse et la peau parfumée. Tout sourire, il s’est précipité dehors avec son box 7 pour les photographier. »

 

Commentaire de Jean-Yves MOUNIER

En cette fin de XIXe siècle, le monde de la vélocipédie ne craint pas les anglicismes : on est veloceman, on fait partie du Touring Club et l'on disserte à loisir de l'anckle-play... Mais à cette même période, Émile Zola savait-il que vélo était l'anagramme de love ?
Pas certain, lui qui, dans son roman « Paris », parle de bicyclette et de son effet sur l'émancipation des femmes, comme s'il anticipait la très belle distinction faite par Philippe Delerm entre vélo et bicyclette dans sa « Première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules ».

Toujours est-il que, lorsqu'il pédale entre Verneuil et Médan, et retour, c'est par amour, amour de sa femme Jeanne et amour de sa maîtresse Alexandrine qui lui a donné deux enfants qu'il initiera très tôt aux joies et bienfaits de la pratique vélocipédique. À la manière des touristes cyclistes de l'époque, même si sa vocation en est tout autre, il ne part jamais sans son appareil photographique, laissant ainsi à la postérité un nombre conséquent de clichés sur lesquels la bécane figure en bonne place (voir sur le site des Archives zoliennes).
C'est cette histoire d'amour que nous raconte avec légèreté et force détails Cécile Delîle, une partie de la vie du grand auteur défile sous nos yeux, à l'angle de cet amour si difficile à vivre au quotidien mais qu'Émile Zola assumera jusqu'à la fin.

 

2018150 pages – Éditions du Petit Pavé

Prix : 15 €

Sur ce thème, on pourra relire avec intérêt le chapitre que Renaud Alberny a consacré à cette histoire dans « Des grands hommes à vélo » présenté sur ce blog.

Lu et apprécié par le comité de lecture du blog

14:51 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Histoire, Romans | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer