Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2019

Zosso Jean-Marie

Zosso-couverture.jpgDe Courtepin au Cap Nord
3 600 km pour la Vie

Auteur : Jean-Marie Zosso

 

Pour marquer ses 60 ans, Jean-Marie Zosso a couru son premier marathon, en novembre 2014, à New York. Dans la foulée, il a enchaîné avec un grand voyage à vélo jusqu’au Cap Nord. Suite à la maladie de l’une de ses filles, atteinte d’un mélanome métastasé, il a décidé de donner à ce voyage un caractère humanitaire en soutenant la Fondation Fond’Action contre le cancer.
"Le 29 mai 2015, je mettais le cap… sur le Cap Nord, avec mon vélo, dans le but de parcourir 60  x  60 kilomètres, soit la distance qui sépare mon village de Courtepin du Cap Nord, en Norvège. Sur mon site internet « Cap Nord Cap Vie », chacun pouvait symboliquement sponsoriser mes kilomètres de parcours. Le 11 août 2015, après 3 886 km à la force des mollets, mon rêve devenait réalité, puisque je touchais le fameux globe terrestre symbolisant la fin de la route la plus septentrionale d’Europe. Mon objectif de départ était atteint avec l’immense satisfaction d’avoir pu soulever un élan de générosité dans mon entourage, bien au-delà de mes espérances.
Porté par cette solidarité et désireux de ne pas m’arrêter en si bon chemin, j’ai décidé de donner un prolongement à mon action sous la forme d’un livre qui rassemble mes récits de voyage et mes photos, dans le but de toucher un plus large public."

Les bénéfices de ce livre seront versés à la fondation Fond’Action contre le cancer.

 

201694 pagesFaim de siècle

Prix : CHF 30

16:21 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Carrey Pierre

Giro-couverture.jpgGiro
La course la plus dure du monde dans le plus beau pays du monde

Auteur : Pierre Carrey
Postface : Thibaut Pinot

 

Coppi. Bartali. Anquetil. Merckx. Hinault. Moser. Fignon. Pantani. Nibali. Dolomites. Stelvio. Etna. Mortirolo. Zoncolan. Le mythe. La poésie. Le voyage. Neige. Tempête. Poussière.
Depuis sa naissance en 1909, le Tour d’Italie célèbre le vélo comme on l’aime, profondément humain, flamboyant, avec ses duels épiques, ses trahisons machiavéliques, ses rebondissements tragiques et comiques. Aucun livre en français n’avait jusque-là tenté d’en percer les secrets. Voici la petite et la grande histoire du Giro.

Pierre Carrey est journaliste à Libération et créateur du site DirectVelo.com

 

Commentaire de Jean-Yves MOUNIER

Un récit époustouflant, souvent loin de la simple chronique sportive, entre intérêts politiques, économiques et sociétaux.
Une plongée dans le temps qui, comme lors d'une descente de col chronométrée, laisse pantois, haletant, au bord du vertige...
À un moment où le Giro cherche à supplanter le Tour de France en terme d'enjeux commerciaux, ce livre nous retrace une histoire riche de rebondissements, d'exploits plus ou moins naturels, de récits épiques et héroïques et nous offre une vision de l'Italie d'une rare intensité, même vue à travers le filtre du cyclisme.

 

2019336 pagesHugo Sport

Prix : 19,95 € - Format numérique : 12,99 €

 

Livre lu et apprécié par le comité de lecture du blog

15:50 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Histoire, Tours cyclistes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer

12/04/2019

Bourgier Jean-Paul

Benoît Faure-couverture.jpgBenoît Faure
Roi de la montagne

Auteur : Jean-Paul Bourgier

 

“Je vous propose de décerner au petit Benoît Faure le titre de Roi des Grimpeurs.” Ainsi s’exprime le 20 juillet 1930 Henri Desgrange, rédacteur en chef de L’Auto et créateur du Tour de France. Le propos élogieux salue les performances du coureur forézien. Ce dernier passe en tête au sommet de la plupart des cols du Tour de France. L’année précédente, le patron du Tour l’a surnommé “la Souris” à cause de sa petite taille, de sa facilité à avaler les fortes pentes. Mais bien aussi, sa capacité à se glisser dans la bonne échappée ou à se faire oublier au sein du peloton lui vaut bien ce surnom. Le Tour de France est son royaume. Il remporte une étape à Nice et le classement des touristes-routiers en 1929 et 1930.
Benoît Faure brille également lors des courses d’un jour où il multiplie les succès. Les places d’honneur affirment de belles qualités de sprinter. “la Souris” est très endurant et doté d’une farouche volonté. Il réalise des coups d’éclat sur les très longues distances. En effet, ne conduit-il pas à 49 ans une échappée solitaire de plus de 500 kilomètres lors de Paris-Brest-Paris 1948 ?
Ainsi, au cours d’une carrière d’une exceptionnelle longévité, il côtoie les Magne, Leducq, Vietto et assiste aux débuts prometteurs de Robic, Caput, Géminiani et Louison Bobet.
Malicieux et ne manquant pas d’humour, Benoît Faure se retire à Saint-Étienne et dans son Forez natal où les souvenirs des exploits de “la Souris” restent vivaces.

Jean-Paul Bourgier est aussi l’auteur de Le Tour de France 1914,  1919, le Tour renaît de l’enfer et Ô Galibier !, également parus aux éditions Le Pas d’oiseau. Il raconte le sport cycliste avec son œil d’historien, mais aussi avec son goût immodéré pour la petite reine et pour son cher Forez.

 

2019108 pagesLe Pas d'oiseau

Prix : 15 €

14:10 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

11/04/2019

Duprey Ludovic

Code du cycliste-couverture.jpgCode du cycliste

Auteur : Ludovic Duprey

 

De plus en plus de Français choisissent le vélo pour leurs déplacements quotidiens, parce que c’est bon pour eux, bon pour la planète, économique et, surtout, agréable, mais d’immenses progrès restent à faire.
Circuler à vélo, c’est devoir respecter le code de la route qui impose certaines obligations particulières au cycliste, mais c’est aussi avoir de nombreux droits reconnus par différents textes législatifs et réglementaires : celui d’avoir des voies de circulation adaptées, d’être respecté par les autres usagers de la route, d’obtenir le remboursement de frais kilométriques…
Pour faire valoir ses droits, il faut les connaître. D’où l’écriture de ce code du cycliste, à emmener partout avec soi sur son vélo, pour que ce mode de déplacement prenne la place qui doit lui revenir dans les trajets quotidiens dont près de la moitié sont inférieurs à trois kilomètres.

Ludovic Duprey est premier vice-président adjoint au tribunal de grande instance de Lille.

 

Commentaire de Jean-Yves MOUNIER

Après un avant-propos qui reprend nombre d'arguments de Frédéric Héran  en faveur de l'usage de la bicyclette comme moyen de transport sain, écologique et économique, l'auteur va piocher dans différents codes (Code de la route, des Transports, Environnement et autres) pour rappeler, dans un premier temps que le cycliste est aussi un usager de la route et qu'à ce titre, il a des devoirs avant de mettre en avant, via articles réglementaires et commentaires éclairants, les droits de ce même cycliste, droit au respect, aux aménagements spécifiques et en tant que salarié.
Ce guide de petit format (8 x 12 cm), facile donc à transporter pour une réunion avec élus, chefs d'entreprises ou responsables d'associations, s'enrichit d'un index des titres cités et d'un autre alphabétique, de recommandations bibliographiques, vidéo et internet, et bénéficie de la notoriété des guides Dalloz auprès des juristes.
Ce qui en fait un outil indispensable pour s'y retrouver dans la jungle des textes réglementaires, en attendant bien entendu de prochaines évolutions visant à favoriser la pratique du vélo au quotidien..

 

2019176 pages Dalloz

Prix : 4 €

15:02 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans Anthologie - Traités-Essais-Biographies, Pratiques urbaines | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

10/04/2019

Flotte Charles

Flotte Charles .jpgLes carnets de route d’un cycliste quadragénaire

Auteur : Charles Flotte

L’auteur est né dans la Drôme, en ces pré-Alpes qui forment et forgent ces caractères durs, volontaires et exigeants, généreux et tenaces.
A 24 ans, il plante des hévéas au Gabon, avec 300 manœuvres et à 200 km de la ville la plus proche.
En 1960, il rejoint Alger en voiture, après 19 jours de piste.
Il vit “les événements“ d’Algérie près de la frontière tunisienne, puis il assure, pendant cinq ans, à côté de son travail professionnel, l’entière responsabilité d’une paroisse protestante.
Le voici enfin à nouveau en France en 1968, et l’année d’après il fait ses premiers pas dans le cyclotourisme qu’il découvre et dans lequel il ne tarde pas à briller alors qu’il se croyait nul en tous les sports et n’avait jamais pratiqué.
Dès lors, ce sera une véritable “carrière“, avec 18 000 km par an et une activité au sommet. Dès la deuxième année, il réussit son premier “Paris-Brest-Paris“, malgré une chute qui le contraint à une course-poursuite de plus de mille km. Cinq ans après, il fera le même parcours et encore mille km avec une vertèbre cervicale fêlée.
De nombreux succès à la journée Vélocio à Saint-Étienne, toutes les classiques d’un jour comme le B.R.A., les nouvelles épreuves comme Paris-Roubaix et Bordeaux-Paris cyclotouriste, mais aussi toutes les diagonales suisses et quelques diagonales françaises.
Un récit, mais aussi une expérience et une réflexion à travers tant de randonnées,  d’épreuves et de “premières“ comme Dieulefit-Lich (Allemagne) pour le jumelage des deux villes ou Dieulefit-Paris-Dieulefit en trois jours pour l’année de ses 50 ans.
Un exemple et une invitation à vivre au sommet dans un monde que l’on dit terne.

Un livre à lire et un guide à conserver.

1983 - 128 pages + 20 non paginé + 4 photos - Auto-édition

17:08 Écrit par Biblio-cycles de Philippe Orgebin et Jean-Yves Mounier dans France | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer